TUNISIE
20/07/2018 16h:00 CET

Interpol agit en Tunisie -et dans 7 autres ports de la Méditerranée- pour éviter le transit de terroristes

“Le problème du déplacement des terroristes inquiète tous les pays membres d’Interpol" affirme le directeur du contre-terrorisme d’Interpol, Patrick Stevens

FETHI BELAID via Getty Images

L’agence de coopération policière Interpol (Organisation internationale de police criminelle) a déployé des officiers dans huit ports de la Méditerranée, dont Tunis a annoncé l’organisation.

L’opération Neptune, visant la protection des frontières maritimes, lutte contre le déplacement des terroristes en mer entre l’Afrique du Nord et l’Europe du sud. Lors de la première semaine de l’opération, plus de 350.000 recherches des bases de données d’Interpol ont permis d’identifier quatre terroristes. 

Afin d’empêcher les déplacements de ces derniers, les huit pays concernés, dont la Tunisie, doivent vérifier l’identité des voyageurs maritimes pour la comparer aux informations des bases de données criminelles. Beaucoup de terroristes voyageant avec des documents d’identité volés, les passeports des voyageurs seront aussi comparés à la base de donnée des papiers perdus ou volés, dans laquelle figurent déjà des dizaines de passeports.

Le directeur du contre-terrorisme d’Interpol, Patrick Stevens, a précisé que “l’attention concernant la sécurité des frontières est focalisée sur les frontières terrestre et aérienne, tandis que la mer n’est généralement pas au centre des préoccupations”.

“Le problème du déplacement des terroristes inquiète tous les pays membres d’Interpol qui continuent de surveiller le départ et l’arrivée de leur nationaux dans les zones de conflit : la coopération policière régionale et internationale n’a jamais été plus essentielle dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, et c’est pour cela que l’opération Neptune est très importante”, selon Patrick Stevens.

Plusieurs médias dont le quotidien italien, Giornale di Siciliaavaient évoqués la probable présence d’individus terroristes parmi les migrants clandestins accueillis par les autorités européennes (principalement italiennes), et qui proviennent en grande partie de Tunisie.

L’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, aussi appelée Frontex, a en effet renforcé ses contrôles, afin de mieux repérer les éventuels terroristes, ou encore les djihadistes de retour des zones de conflits, qui pourraient profiter de l’immigration clandestine pour atteindre l’Europe, sans se faire prendre par la justice.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.