TUNISIE
16/01/2019 16h:44 CET | Actualisé 16/01/2019 16h:44 CET

Insultes, accusations, tensions... La plénière de l'ARP part en vrille (mais a retrouvé son calme)

La folle séance du parlement!

Insultes, accusations, chahuts...Ce mercredi, l’hémicycle a mis à rude épreuve les nerfs du président de l’Assemblée des représentants du peuple Mohamed Ennaceur.

Ses (nombreux) rappels à l’ordre, à grands coups de “s’il vous plaît mes chers collègues!” sont resté souvent lettre morte. Tentant à maintes reprises de contrôler la situation, d’apaiser la tension et d’éviter les dérapages, Ennaceur a visiblement bien eu du mal à gérer la séance.

Consacrée aux votes des articles du projet de loi organique relatif à la création du programme “Amen Social” ainsi que des articles de la loi organique du budget, cette dernière a été le théâtre de scènes plus qu’étonnantes.

D’ailleurs, elle a été suspendue pour plus d’une heure suite à une bagarre verbale -limite physique- entre des députés du Front populaire et de la Coalition nationale.

Petit retour sur le grand désordre qui a régné depuis quelques heures chez nos élus.

Tout a commencé par les propos provocateurs du député Faycel Tebbini en accusant à demi-mot les élus d’Ennahdha d’être des représentants du gouvernement, et non du peuple (À partir de la minute 17:30 dans la vide ci-dessus). Il a qualifié certains députés de “chiens qui ne font qu’aboyer”. Chose qui a irrité les députés d’Ennahdha qui ont réagi dans un grand brouhaha.

De son côté, le député du Front Populaire Jilani Hammami a encore enfoncé le clou. Ce dernier qui n’a pas accepté que le président de l’ARP, ne lui accorde pas un point d’ordre relatif à la grève générale du 17 janvier, s’en est pris à Mohamed Ennaceur, l’accusant de discrimination. Furieux, il s’est même dirigé vers le pupitre du président de l’ARP demandant son droit d’avoir un point d’ordre (À partir de la 31ème minute dans la vidéo ci-dessus).

Devant une telle situation, Ennaceur n’pas hésité à demander aux agents de sécurité de faire sortir Hammami de la coupole du parlement. 

La situation a vite dégénéré en querelle verbale avec l’arrivée en renfort du député du Front Populaire, Nizar Amami. Sans mâcher ses mots et emporté par la colère, ce dernier est intervenu proférant des injures, à quelques centimètres du micro du président de l’Assemblée.

La situation a par la suite empirée. Des échanges verbaux tendus ont éclatés entre le député du bloc de la coalition nationale Walid Jalled et celui du Front populaire Jilani Hammami, qui ont failli en arriver aux mains. Le président de l’ARP a décidé de quitter la salle et de lever la séance.

La plénière a repris donc, par la suite, après environ une heure d’arrêt de ses travaux. Des modifications ont été apportées notamment à l’ordre du jour pour mettre en avant la grève générale prévue pour jeudi et la situation sociale dans le pays.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.