MAROC
20/09/2019 11h:32 CET

Instagram va limiter l'accès aux publicités pour produits "amincissants" et opérations de chirurgie esthétique

Au Maroc, certains internautes ont pointé du doigt l’utilisation de ce réseau pour promouvoir des opérations de chirurgie esthétique auprès d'un public parfois mineur.

WEB - C’est devenue un spectacle des plus communs. Il ne passe pratiquement plus une journée sans tomber, qu’on le veuille ou non, sur la photo d’une starlette faisant la promotion d’un thé, d’une pilule ou d’un smoothie sensé faire perdre miraculeusement du poids, ou sur une influenceuse ou chanteuse vantant les mérites de son chirurgien esthétique.

Des images envahissantes qui seront bientôt limitées pour les plus jeunes sur Instagram. En effet, le réseaux social, propriété de Facebook, a décidé de limiter l’accès, à ses utilisateurs mineurs, aux posts faisant la publicité de produits “amincissants”, de “détox”, ou encore de certaines opérations de chirurgie esthétique. Une mesure qui sera également adoptée par la maison mère du réseau de partage de photo, Facebook, précise la BBC.

“Nous voulons que Instagram soit un lieu positif pour tous ceux qui l’utilisent et cette politique fait partie de notre travail continu visant à réduire la pression que les gens peuvent parfois ressentir suite à leur passage sur les réseaux sociaux”, a déclaré, dans un communiqué, Emma Collins, responsable des politiques publiques d’Instagram, citée par Buzzfeed.

Mais cette initiative est surtout symbolique, explique la BBC. Et pour cause, les restrictions ne s’appliqueront “qu’aux utilisateurs qui, selon Instagram, ont moins de 18 ans, or, l’application ne demande pas aux utilisateurs leur date de naissance lors de l’inscription”. Ceux, dont l’âge n’est pas vérifiable, n’auront qu’à cocher une case dans laquelle ils affirment être âgés de plus de 18 ans, précise la même source.

Toutefois, cette nouvelle satisfait, pour l’instant, les militants du mouvement “body positive”, qui luttent depuis plusieurs années déjà contre la prolifération de la publicité vantant ces produits sur le réseau social. Parmi eux figure la comédienne anglaise Jameela Jamil. Cette dernière a, à plusieurs reprises, attaqué en ligne des célébrités, comme notamment les Kardashian ou encore la rappeuse Cardi B., pour avoir fait la publicité de boissons soit disant amincissantes.

Au Maroc, certains internautes ont également pointé du doigt l’utilisation d’Instagram par des influenceuses, ou chirurgiens esthétiques, pour promouvoir des opérations de chirurgie esthétique auprès d’un public parfois mineur.

Une étude publiée cet été par l’agence digitale TNC Thenext.Clic a relevé qu’il n’y a au Maroc “aucune réglementation spécifique en matière de publication sur Internet et réseaux sociaux”. Ce qui suscite donc un “flou juridique” permettant à cette tendance de se propager.