TUNISIE
04/02/2018 10h:50 CET

Le message touchant de cette blogueuse sur l'impact qu'Instagram a eu sur elle

BEAUTÉ - Nia Pettitt est une "influenceuse" de renom. Sur Instagram, ses quelque 430.000 abonnés suivent ses aventures, au fil de ses campagnes pour une marque de vêtements qui promeut l'acceptation de tous les corps et refuse Photoshop, et de ses conférences dans lesquelles elle parle de l'impact des réseaux sociaux sur les jeunes femmes.

Cette Londonienne de 20 ans est particulièrement connue sur le réseau social pour organiser chaque année des rendez-vous appelés "Happy FroDay" (un jeu de mots avec "afro" et "friday", "vendredi"). Organisés autour de concerts, débats et séances photos, ces événements entendent promouvoir le "cheveu naturel", et convaincre les femmes d'assumer leurs cheveux frisés. #HappyFroDay est également un mot-clé sur Instagram, derrière lequel les femmes postent des selfies en assumant fièrement leurs cheveux naturels.

Ce samedi 3 février, Nia Pettitt a pourtant dévoilé un tout nouveau visage sur Instagram: les boucles fougueuses ne sont plus là. La jeune femme a entièrement coupé ses cheveux.

I am Nia. 🌺 #NiaTheLight.

Une publication partagée par Nià The Light (@niathelight) le

Avant de poster cette photo, Nia Pettitt a expliqué sa démarche dans un texte touchant, largement salué dans les commentaires. Elle y explique l'impact que les réseaux sociaux ont eu sur elle, et comment ses cheveux, devenus sa marque de fabrique, ont fini par définir son identité, quitte à masquer la personne qu'elle était vraiment.

"J'ai décoloré mes boucles pour ressembler à un tournesol sans reconnaître que je décolorais lentement mon âme", écrit-elle. "Finalement je suis devenue mes cheveux. J'étais reconnue à travers mes 'likes', et ma confiance en moi dépendait des opinions des gens", regrette-t-elle aujourd'hui, dans un texte dont vous pouvez retrouver la traduction ci-dessous.

"J'ai passé sept ans à appliquer un baume épais blanc sur mes boucles pour les défriser, avant de tout couper à l'âge de 11 ans. À partir de là, j'ai embarqué dans un voyage magnifique qui n'était fait que d'amour pour mes cheveux. J'ai passé des heures à perfectionner mes boucles dans l'espoir d'attirer l'attention de tout le monde grâce à mon apparence, plutôt que grâce à ma présence. J'ai décoloré mes boucles pour ressembler à un tournesol sans reconnaître que je décolorais lentement mon âme. Ma relation avec mes cheveux est devenue une quête de reconnaissance, plus qu'une histoire d'amour de soi. Je ne pouvais pas sortir sans mes longs cheveux lâchés, toutes mes photos devaient montrer mon visage caché par mes cheveux, et finalement je suis devenue mes cheveux. J'étais reconnue à travers mes 'likes', et ma confiance en moi dépendait des opinions des gens. Des gens que je n'avais jamais rencontrés. Ceci est un 'merci' à mes cheveux bouclés, merci de m'avoir permis de devenir la personne que je suis aujourd'hui. De m'avoir appris que la beauté ne vient pas de l'extérieur. D'avoir ouvert un tout nouveau chemin devant moi, qui me permettra d'avoir mes 20 ans et de vivre mes rêves sans peine. Mais ce que j'ai appris de ce voyage, c'est que je ne suis pas mes cheveux. Je suis une femme jeune, divine et intelligente qui a un nouveau voyage devant elle, fait d'amour, de lumière et de force."

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.