29/07/2019 16h:59 CET | Actualisé 29/07/2019 16h:59 CET

Infrastructures: 6 projets qui ont marqué le règne de Mohammed VI

Des projets titanesques qui ont fait parler d'eux.

Le règne du roi Mohammed VI a été marqué par des réformes structurelles. Chacune dans son domaine, elles ont construit l’évolution du Maroc au niveau de ses infrastructures, son économie et sa société. Le HuffPost Maroc vous a sélectionné quelques-unes des plus marquantes au cours de ces 20 ans de règne.

INFRASTRUCTURES - Depuis son accession au trône en 1999, le roi Mohammed VI a impulsé une série de projets économiques d’envergure pour moderniser le Maroc. Du transport à l’énergie en passant par l’industrie, zoom sur 6 immenses chantiers qui ont boosté l’économie du pays et donné un nouveau visage au royaume.

Le port de Tanger Med

- via Getty Images

Plus grand port en Afrique, zone névralgique des échanges commerciaux entre l’Europe, le continent africain et le reste du monde, le port de Tanger Med est l’une des réalisations phares du règne de Mohammed VI. Voulu, en 2003, comme “le noyau d’un grand complexe portuaire, logistique, industriel, commercial et touristique”, selon le discours du roi, le port est en constante évolution depuis 15 ans. Fin juin 2019, le port a connu l’inauguration de son extension, Tanger Med II, afin de renforcer les capacités de la première installation par laquelle 3,5 millions de containers ont transité en 2018, soit 52 millions de tonnes de marchandises. Désormais, le port dispose d’une capacité totale de plus de 9 millions de containers.

Le trawmay de Rabat et Casablanca

ABDELHAK SENNA via Getty Images
Le tramway de Rabat a été inauguré en 2011.

Les années 2011 et 2012 ont connu tour à tour l’entrée en service du tramway de Rabat et Casablanca. Un moyen de transport qui a changé la vie des Rbatis et Casaouis et redessiné le contours des deux métropoles. La capitale administrative et la capitale économique se sont ainsi dotées d’un solide réseau de transport en commun qui a vocation à s’agrandir. L’extension de la ligne 2 du tramway de Rabat devrait entrer en service cette année. Les lignes 3 et 4 du tramway de Casablanca sont, quant à elles, à l’étude et devraient permettre de desservir, à terme, une bonne partie du Grand Casablanca.

Les ponts à haubans de Rabat et Casablanca

FADEL SENNA via Getty Images
Le pont à haubans de Rabat a été inauguré en 2016.

Inauguré en 2016, le pont à haubans de Rabat ou “pont Mohammed VI”, est le plus long du continent africain. C’est un tronçon d’autoroute de 950 mètres de long, qui dispose de trois voies dans chaque sens et enjambe le fleuve Bouregreg. Il permet ainsi de contourner la ville de Rabat et d’alléger le trafic. Soutenu par 160 câbles, il dispose de deux pylônes qui culminent à 200 mètres. En mai 2019, son “petit frère”, le pont à haubans de Casablanca, long de 224 mètres, a été inauguré à son tour à Sidi Maârouf. Il dispose de 27 câbles d’acier reliés à un pylône de 75 mètres et vise, là aussi, à désengorger le trafic dense de la capitale économique.

La centrale solaire “Noor” à Ouarzazate

ASSOCIATED PRESS
La centrale solaire Noor de Ouarzazate a été inaugurée en 2016.

C’est le chantier marocain qui a le plus fait parler de lui à l’international. La centrale solaire Noor de Ouarzazate est sans aucun doute le projet phare de ces 20 dernières années au Maroc en matière énergétique. Inaugurée en février 2016 par le roi, quelques mois avant l’organisation de la COP22 à Marrakech, cette centrale solaire figure parmi les dix plus grosses du monde. Etalée sur une surface de 450 hectares - soit 680 terrains de football - la première phase du projet (Noor I, 160 MW) a été suivie par la construction de trois extensions: Noor II (210 MW), III (150 MW) et IV (70 MW), sur un total de 3.000 hectares. A terme, le Maroc a pour objectif d’utiliser, d’ici 2020, 42% d’énergies renouvelables dans son mix énergétique, et 52% en 2030.

La Ligne à grande vitesse (Al Boraq)

ASSOCIATED PRESS
La Ligne à grande vitesse (LGV), baptisée Al Boraq, a été inaugurée en novembre 2018 par le roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron.

Projet en gestation depuis des années, la Ligne à grande vitesse (LGV), baptisée Al Boraq, a été inaugurée en novembre 2018 par le roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron. Ce train “new generation”, qui circule entre Tanger et Casablanca, peut atteindre une vitesse qui dépasse les 320 km/h sur une distance de 200 kilomètres, entre Tanger et Kénitra. Il permet aux voyageurs d’effectuer ce trajet en un temps record de 50 minutes contre 3h15 pour la ligne conventionnelle, 1h20 entre Tanger et Rabat au lieu de 3h45, et 2h10 entre Tanger et Casablanca au lieu de 4h45. Le projet, initié en 2007 entre le Maroc et la France, a coûté 22,9 milliards de dirhams, dont 50% financés par la France, 30% par le Maroc (budget de l’État) et 20% par des fonds arabes.

La Tour Mohammed VI à Rabat

MAP
La tour Mohammed VI, en construction, doit être achevée en mai 2022. Sur la photo, la maquette est présentée au roi Mohammed VI et au PDG de la BMCE, Othman Benjelloun.

Le projet lancé en 2016 n’est pas encore achevé, mais il changera à jamais le visage de Rabat. Culminant à 250 mètres, la tour Mohammed VI (initialement appelée tour BMCE Bank of Africa) sera la plus haute tour du Maroc et d’Afrique. Située sur la rive droite du Bouregreg entre Rabat et Salé, elle sera conçue et construite par trois entreprises: le groupe belge BESIX, sa filiale SIXCO et l’entreprise marocaine TGCC. Les trois adjudicataires de ce projet pharaonique ont signé, en octobre dernier à Dubaï, un contrat portant sur la conception et la construction de cette tour dont les travaux ont débuté en novembre 2018 et seront livrés, si tout se passe bien, le 30 mai 2022. Les 55 étages de cette tour gigantesque accueilleront un hôtel de luxe, des bureaux et des appartements de haut standing. Un observatoire au sommet de la tour est également prévu.