TUNISIE
23/02/2016 09h:34 CET | Actualisé 22/03/2016 06h:56 CET

Tunisie: Les infractions signalées sont rares pour les soldes d'hiver 2016, selon l'organisation de Défense des Consommateurs

Les soldes ont commencé! Une occasion rêvée pour vos coups de coeur, vêtements chics que vous lorgnez depuis un moment ou pour tout simplement renflouer votre garde de robe.

Cette année en Tunisie les soldes d'hiver ont été avancées de deux semaines car "la situation économique avait besoin d'un coup de pouce" a indiqué au HuffPost Tunisie, Slim Saadallah de l'Organisation de Défense des Consommateurs (ODC).

Le ministère du commerce a ainsi déclaré qu'ils se prolongeront du 30 janvier au 15 mars 2016.

"En effet la situation économique du pays n'est pas florissante. Le pouvoir d'achat du consommateur est en baisse. Nous avons poussé à avancer la période des soldes dans l'espoir de créer plus d'échanges commerciaux", a ajouté M. Saadallah.

Cela dit chaque année des infractions liées aux soldes sont enregistrées en Tunisie. En 2016, depuis le début de la période de soldes, seules 4 réclamations ont été remises à l'organisation.

"Plusieurs consommateurs se plaignent dans les médias ou sur les réseaux sociaux et prétendent noter des infractions sauf qu'ils ne prennent pas le temps de nous les transmettre alors que la procédure est simple. Cela permettrait de réduire le nombre de dépassements et permettre une meilleure satisfaction des consommateurs" a affirmé le responsable de l'ODC.

Les erreurs d'étiquetage, la faute à qui?

Une photo publiée sur les réseaux sociaux le week-end dernier a fait le buzz, en générant plusieurs centaines de partages en quelques heures.

Elle dénonce les fausses réductions. En effet, le prix initial sur l'étiquette originale représente la moitié du prix initial de l'étiquette rouge des soldes. Une arnaque semble-t-il, qui a interpellé les internautes.

Contactée par le HuffPost Tunisie, une chargée de communication d'une grande marque de vêtements internationale, a précisé qu'il pouvait s'agir d'une supercherie de l'auteur de la photo.

"D'abord, il se peut que cette photo ait été traficotée ou peut être pas... L'étiquette en question a peut être été mal placée par les salariés de la boutique ou replacée par la personne qui a pris la photo. L'erreur est humaine!" a-t-elle précisé.

Sans vouloir ajouter plus de détails sur l'article en lui même, la chargée de communication de l'enseigne a tenu à expliquer le protocole suivi par les enseignes de vêtements.

"Les erreurs d'étiquetage peuvent survenir mais de toute façon les prix sont fixés en concertation avec le bureau international de la marque. A la caisse, selon le code à barre de l'article, la réduction se fait automatiquement en correspondance avec le fichier enregistré approuvé par nos vis à vis" a-t-elle précisé.

Qu'est ce que je dois faire en cas d'infractions d'un commerce?

L'ODC a tenu à préciser qu'en cas d'infraction d'un commerce, il faut se référer au siège de l'organisation ou se diriger vers le bureau local le plus proche.

L'ODC se charge des démarches nécessaires pour sanctionner le commerce coupable d'infraction. L'organisation tentera d'abord de résoudre le problème à l'amiable entre le consommateur et le commerçant. Si cette possibilité n'est pas envisageable, le problème sera transmis aux ministère du commerce ou autres autorités de droit. La justice demeure un dernier recours.

"Nous essayons toujours de trouver des solutions à l'amiable. En 2015, nous avons reçu plus de 8750 réclamations. Nous en avons résolu 97%, transféré 2% et engagé des poursuites judiciaires contre seulement 1%" a précisé Slim Saadallah.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.