MAGHREB
25/04/2018 18h:08 CET

Industrie automobile: Les surenchères de MHE

Dès qu’une échéance est atteinte, le ministre de l’Industrie en annonce une nouvelle en relevant davantage la barre des exigences.

DR

INDUSTRIE - C’est désormais une scène à laquelle se sont habitués tous les journalistes qui couvrent le secteur de l’industrie: dès qu’une échéance annoncée par Moulay Hafid Elalamy (MHE) est atteinte, le ministre du Commerce et de l’Industrie en annonce une nouvelle en prenant plaisir à relever davantage la barre des exigences.

200 milliards de dirhams, qui dit mieux?

C’est à cet exercice que vient de se livrer encore une fois le ministre lors de la cérémonie d’ouverture de la 5e édition du Salon de la sous-traitance automobile à Tanger. “Nous allons largement dépasser les 100 milliards de dirhams de chiffre d’affaires à l’export prévus à l’horizon 2020, mais je vais prendre un nouveau pari et hausser la barre à 200 milliards avec un million de véhicules en 2025”, a promis MHE.

Il faut dire que le secteur se prête bien à la surenchère. Premier contributeur aux exportations avec près de 70 milliards de dirhams de chiffre d’affaires à l’export réalisés en 2017, le segment de l’industrie automobile superforme avec une hausse de 75% en comparaison avec 2014. Les voitures représentent même 44,5% des exportations industrielles.

En contribuant à la création d’emplois industriels à hauteur de 29%, le secteur automobile a enregistré ainsi la plus forte création d’emplois entre 2014 et 2017 avec 83.845 nouveaux postes, soit plus de 93% de l’objectif fixé à horizon 2020. Le taux d’intégration local atteint également des sommets et dépasserait même, à en croire le ministre, les 50% actuellement et devrait être porté à 65% en 2019 puis à 85% en 2023 avec l’activité de PSA.

Renault s’approvisionne au Maroc pour 11 milliards de dirhams par an

Le constructeur français s’est même engagé à s’approvisionner localement à hauteur d’un milliard d’euros par an dès 2022, ce qui devrait renforcer la capacité des fournisseurs et créer une forte demande en composants et équipements pour tout l’écosystème.

Également présent au Maroc, le groupe Renault s’approvisionne déjà en pièces usinées à partir du royaume à hauteur d’un milliard d’euros par an et ambitionne de réaliser le double et dépasser ainsi l’objectif initialement fixé qui était de 1,5 milliard d’euros annuels.

Pour rappel, le Salon de la sous-traitance automobile est organisé par l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (AMICA). Plus de 300 exposants et 5.000 visiteurs sont attendus à l’édition de cette année qui s’est tenue sous le thème de “La sous-traitance automobile au service de l’accélération de la croissance du secteur et de l’arrivée de nouveaux métiers”.

LIRE AUSSI: