MAROC
10/04/2019 12h:28 CET

"Inch’allah peut-être", une web-série sur la jeunesse palestinienne

A découvrir à partir du 27 avril dans la rubrique "Slash" de France Télévisions.

Inch'allah peut-être/Facebook
“Inch’allah peut-être", va suivre 6 jeunes palestiniens.

SÉRIE - “Une jeunesse finalement comme les autres”. A partir du 24 avril, la rubrique “Slash” de France Télévisions proposera un nouveau regard sur la jeunesse palestinienne avec sa web-série “Inch’allah peut-être”, réalisée par la Française Sophie Vernet. “Vous pensiez vraiment que la Palestine ce n’était que le conflit?”

“Inch’allah peut-être, car ici, on sait jamais combien de temps ça va prendre. Un checkpoint, une route fermée, alors on vit au présent!” peut-on lire dans un communiqué présentant la série. Celle-ci racontera le quotidien de Diaa, Farah, Hamza, Asmahan, Dana et Lourd. Ces 6 jeunes Palestiniens, Sophie Vernet les a rencontrés trois ans plus tôt, alors qu’elle animait un atelier d’écriture documentaire dans leur université, à Ramallah.

“Tous sont nés après les accords de paix d’Oslo. Leurs parents y ont cru, mais ils ont été déçus. Alors, l’espoir, leur génération n’a ‘jamais eu cette chance’. Pour autant, ni naïfs, ni désenchantés, ils vivent au présent sans jamais se détourner de leurs racines, de leur identité et de leur avenir”, décrivent les producteurs de la série. 

C’est de leur avenir, justement, qu’il sera question dans les 9 épisodes d’une dizaine de minutes. La fin de leurs trois ans d’études en licence de français a sonné. La grande question désormais est: partir ou rester? “Qu’ils soient féministes, conservateurs, timides ou exubérants, ils s’apprêtent à prendre des chemins différents”. Remise des diplômes, soirées, premiers boulots. “Ils se racontent avec autodérision et sans tabou pour dévoiler une Palestine intime, loin des idées reçues”. Une projection en avant-première de la web-série est prévue le 24 avril à l’Institut du monde arabe