ALGÉRIE
05/03/2015 12h:32 CET | Actualisé 05/03/2015 15h:51 CET

In Salah: Abdou raconte la "folle" semaine où la ville s'est embrasée

Desert Boys

Le 28 février, après deux mois de lutte anti gaz de schiste pacifique, In Salah s'embrase. Pendant deux jours, la ville d'habitude si paisible, a basculé dans la confrontation et l'émeute.

Barricades dressées, bâtiments incendiés, tentes brûlées, jets de pierre, gaz lacrymogène, les violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre qui ont fait plusieurs blessés plongent les habitants dans “ un véritable cauchemar ”.

Abdou*, jeune habitant de In Salah, a été aux premières lignes des événements. Il raconte au Huffington Post Algérie cette semaine exceptionnelle.

“ C'est avec beaucoup de peur et d'angoisse que les habitants d'In Salah ont vécu ces journées de violence car nous n'avions jamais été confrontés à une telle situation auparavant avec du gaz lacrymogène partout et des balles en caoutchouc sifflant au-dessus de nos têtes. C'était comme un cauchemar pour nous “, confie Abdou.

“Mais parce que nous étions opprimés, cela a donné à tous les habitants d'In Salah, hommes et femmes, le courage de se battre pour leur cause ”, poursuit-il.

“Les femmes ont été très présentes. Elles étaient dehors mais loin des lieux d'affrontements. Elles nous ont beaucoup aidé en nous apportant des foulards, des bouteilles de vinaigre et du dentifrice pour que les hommes se protègent du gaz lacrymogène”.

“Tout le monde était effrayé et surpris car c'est la première fois que l'on voit des blessés et des voitures saccagées”.

LIRE AUSSI: Gaz de schiste : 40 policiers blessés et des bâtiments officiels incendiés à In Salah (Intérieur)

“Lors des affrontements avec la police, il y avait des équipes de militants qui se relayaient pour les bloquer devant le commissariat”.

“J'étais partagé entre un bon et mauvais sentiment. Bon, car je sais que l'on se bat pour une honnête cause. Mauvais car c'est toujours difficile de voir ses frères et sœurs être blessés et évacués à l'hôpital et de voir des policiers, comme nous, des Algériens, nous dire des mots blessants tels que ne sommes pas des Algériens comme eux".

* Le prénom a été changé

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

Suivez l'actualité sur le gaz de schiste ICI.