14/05/2019 16h:56 CET | Actualisé 14/05/2019 16h:56 CET

Impôts des médecins du privé: Une pétition et un sit-in pour soutenir Zouhair Chorfi

Elle compte déjà plus de 2.000 signatures.

DR

SOLIDARITE - S’il risque des problèmes judiciaires suite à son coup de gueule contre les médecins du privé lors des 3e Assises nationales sur la fiscalité, Zouhair Chorfi, secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, peut néanmoins compter sur le soutien de la société civile qui réclame l’abandon des poursuites à son encontre, dans une pétition en ligne. 

Signée par près de 2.000 personnes et largement relayée sur les réseaux sociaux, la pétition appelle à la “solidarité absolue” pour Zouhair Chorfi, suite à ses déclarations lors des Assises nationales sur la fiscalité. Des propos jugés diffamatoires et humiliants par les médecins de l’Association nationale des cliniques privées (ANCP). Au cours d’un débat, le SG du ministère, et ancien DG de la Douane, a pris la parole dans le public pour répondre au Dr. Hassan Afilal,  pédiatre et vice-président de l’ANCP.

Le numéro deux du ministère des Finances est intervenu, en tant que spectateur du débat, pour interpeller sur les pratiques malsaines des cliniques privées et des médecins qui y opèrent, pointant du doigt notamment ceux qui y pratiquent “corruption”, “chaos” et refusent les paiements par chèque. “Le noir, ça suffit! On veut construire un autre pays!” avait-il martelé dans l’assemblée, sous les applaudissements de la salle. 

Les médecins de l’ANCP, scandalisés, considèrent que ce dernier a suscité “le tollé général dans la profession, tous secteurs d’exercice confondus”, amenant tout le corps associatif à saisir la justice contre lui “pour qu’il réponde à celle-ci de ses propos”, précisent-ils dans un communiqué. 

Face aux menaces judiciaires, le Syndicat national démocratique des Finances (SNDF), affilié à l’UMT, vole au secours du SG via une pétition de soutien qui réclame l’abandon des poursuites contre le haut responsable. “Cette pétition est pour alerter l’opinion publique. M. Chorfi n’a dit que la stricte vérité” déclare au HuffPost Maroc, Mohamed Daidaa, le secrétaire général du syndicat. Il appelle notamment à l’organisation d’un sit-in, le mardi 21 mai à 11h, devant le siège du ministère des Finances ainsi que devant les représentations régionales du syndicat. 

“Nous avons également demandé à ce que la Direction générale des impôts publie les chiffres. Les citoyens ont le droit de connaître la réalité. M. Chorfi ne ment pas, contrairement à ce qu’avance l’ANCP. Les chiffres sont là, ils doivent être publics. Aujourd’hui, tout le monde est dans le viseur de la DGI, elle a des cartographies, un regroupement des données...”, a-t-il poursuivi. 

Lors du débat des Assises nationales sur la fiscalité, le Dr. Hassan Afilal, pédiatre et vice-président de l’ANCP, était venu défendre l’aspect social de la profession du privé au Maroc, appelant à ce que des mesures soient prises en faveur des médecins, notamment lorsqu’ils dispensent des traitements gratuitement. “Il faut que ce soit net d’impôts. Le fisc ne peut pas nous imposer dessus et c’est parfois le cas”, a-t-il déclaré. Et de se demander: “pourquoi un revenu de 300.000 dirhams est imposé à 10% pour les sociétés et à 38% pour les médecins ou le secteur libéral? C’est tout simplement inadmissible!”. 

Il avait, dans ce sens, proposé au nom de ses confrères “un impôt forfaitaire” qui “rendra inutile le contrôle” et permettra aussi de booster l’’investissement. Des mesures qu’il a présentées comme conditions nécessaires pour éviter à plusieurs médecins de quitter leur pays vers l’Europe.