MAROC
02/05/2018 17h:31 CET

Immigration clandestine: Juan Ignacio Zoido annonce un renforcement de la coopération maroco-espagnole

Une annonce du ministre de l'Intérieur espagnol depuis Marrakech.

MARCOS MORENO via Getty Images
Des candidats à l'immigration quittent le port de Tarifa dans un car, après avoir été secourus par les garde-côtes espagnols. 

COOPÉRATION - Face à la recrudescence d’embarcations de fortune dans le détroit de Gibraltar, Juan Ignacio Zoido a annoncé un renforcement des dispositifs communs avec le Maroc. L’annonce du ministre espagnol de l’Intérieur faite ce mercredi 2 mai à Marrakech, intervient en marge de l’ouverture des travaux de la 5e réunion ministérielle du dialogue euro-africain sur la migration et le développement.

À l’issue d’une rencontre entre le ministre de l’Intérieur espagnol et son homologue marocain, Abdelouafi Laftit, Juan Ignacio Zoido a annoncé que les deux pays “prendraient des mesures” pour renforcer les dispositifs communs afin d’”éviter l’immigration irrégulière et sauver des vies humaines”. 

“Nous sommes conscients que le Maroc a une pression beaucoup plus forte qu’auparavant”, a par ailleurs relevé Juan Ignacio Zoido. Lors de sa rencontre avec Laftit, Zoido n’a pas manqué de souligner que l’Espagne valorise l’intensité et la franchise des relations bilatérales entre le Maroc et l’Espagne, poursuit la mêle source.  Le ministre espagnol a ainsi évoqué un modèle de “coopération et de bon voisinage”, rappelant les 1340 missions conjointes menées par les deux pays en 2017 sur le volet migratoire, avec un total de 2500 patrouilles terrestres, 1500 maritimes et 560 aériennes.  

Les propos de Zoido n’ont pas manqué de faire écho à ceux également tenus ce matin par le ministre marocain des Affaires étrangères, lors du même événement. “La coopération avec le Sud ne doit pas être exclusivement liée au contrôle des frontières. Les pays africains ne sont pas des gardes-frontières, ils sont des partenaires à part entière dont les priorités ne sont pas secondaires”, a ainsi indiqué Nasser Bourita en ouverture de la 5e conférence ministérielle du dialogue euro-africain sur la migration et le développement.