MAROC
04/01/2019 15h:07 CET

Imlil: L'Hispano-Suisse arrêté pour le meurtre des deux Scandinaves était en contact avec un membre de Daech

Après avoir hésité à attaquer une bijouterie pour se rendre en Syrie, l’homme a finalement décidé de se rendre au Maroc.

ASSOCIATED PRESS
Maren Ueland et Louisa Vesterager Jespersen, ont été assassinées le 17 décembre dans la région du Toukbal

IMLIL - Le parcours de l’Hispano-Suisse arrêté dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat des deux jeunes touristes scandinaves se dessine de plus en plus. Dans une interview accordée au média suisse LaTribune de Genève, Abdelhak Khiame, le patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), donne plus d’informations. 

On savait déjà que ce ressortissant, installé au Maroc depuis 2015, était connu des services de police. Il avait été arrêté plusieurs fois entre 2007 et 2013 et condamné pour “infraction à la loi sur les stupéfiants, vol, cambriolage, dommages à la propriété, agression et violence conjugale”, selon l’agence de presse suisse ATS. Le BCIJ révélait, de son côté, qu’il avait appris à d’autres accusés de cette affaire à utiliser les outils de communications via de nouvelles applications. Il adhérait également à des opérations de recrutement et d’embrigadement de Marocains et Subsahariens pour exécuter des attaques terroristes au Maroc. 

Aujourd’hui, on apprend où a débuté la radicalisation du suspect: à la mosquée du Petit-Saconnex, à Genève, d’après Abdelhak Khiame. L’homme âgé de 25 ans se serait converti à l’islam dans cette mosquée avant de prendre le chemin de la radicalisation. “Il y aurait assisté aux prêches de deux imams français, eux aussi convertis, et par la suite expulsé pour avoir incité leurs fidèles à faire le djihad”, rapporte le journal suisse 20 minutes.

En contact avec un membre de Daech

Après avoir hésité à attaquer une bijouterie pour se rendre en Syrie, l’homme a finalement décidé de se rendre au Maroc et de s’installer à Marrakech, a raconté le chef du BCIJ. “C’est dans cette ville qu’il est entré en contact avec l’émir qui dirigeait la cellule djihadiste, et qui a décapité l’une des deux victimes. Le jeune Genevois ne serait pas directement impliqué dans cet assassinat, mais il connaissait ses auteurs. Selon Abdelhak Khiame, il projetait de mener des actions violentes sur le sol marocain”, ajoute 20 minutes.

Contrairement aux premiers hommes interpellés pour ce meurtre, l’Hispano-Suisse aurait, lui, eu des contacts directs avec un membre de Daech en Syrie. Ils se seraient rencontrés en Suisse, d’après le patron du BCIJ, qui explique que “les deux hommes étaient en contact via la messagerie Telegram”, rapporte Le Journal du Jura. “Le responsable du groupe Etat islamique (EI) ‘faisait passer’ au Genevois ‘des vidéos de décapitation’”, ajoute le quotidien suisse. Aucun autre détail n’est donné sur cette relation et ce ‘chef’ de l’organisation terroriste.

LaTribune de Genève est entrée en contact avec les membres de la famille du suspect, qui est marié et a une petite fille. Il est derrière la conversion de plusieurs membres de sa famille - ‘sa grand-mère, deux oncles et sa soeur’”, précise LeJournal du Jura, citant le directeur du BCIJ.