MAROC
05/11/2018 17h:57 CET

#ila_dsser_seffri: Le collectif Masaktach invite à siffler contre le harcèlement de rue au Maroc

Pour passer du silence au bruit.

FEMMES - A vos sifflets! Le collectif de défense contre les violences à l’égard des femmes, Masaktach, invite ces dernières, samedi 10 novembre, à investir les espaces publics et les bus armées de sifflets pour lutter contre le harcèlement sexuel.

Le harcèlement de rue continue de sévir dans les rues du royaume. Après la dénonciation sur les réseaux sociaux, place à l’action avec le petit dernier des hashtag viraux lancés par le collectif marocain, #ila_dsser_seffri (“s’il te manque de respect, siffle”).

Samedi, à Rabat, Casablanca, Marrakech et d’autres villes du Maroc, les femmes dans les rues et les transports en commun pourront s’équiper d’un sifflet distribué par le collectif (ou à trouver pour quelques dirhams chez l’épicier du coin) et souffler fort si un homme tente un rapprochement non désiré, une drague ou un sifflement. Mais aussi distribuer des sifflets et prendre des photos à partager sur Facebook et Twitter avec le hashtag.

Sur sa page Twitter, le collectif rappelle ainsi aux internautes l’article 503-1-1 du code pénal: “Est coupable de harcèlement sexuel et est puni d’un emprisonnement d’un mois à six mois et d’une amende de 2.000 à 10.000 DH ou de l’une de ces peines, quiconque persiste à harceler autrui dans les cas suivants: dans les espaces publics ou autres, par des agissements, des paroles, des gestes à caractère sexuel ou à des fins sexuelles; par des messages écrits, téléphoniques ou électroniques, des enregistrements ou des images à caractère sexuel ou à des fins sexuelles. La peine est portée au double si l’auteur est collègue de travail ou une personne en charge du maintien de l’ordre et de la sécurité dans les espaces publics ou autres.” 

“Puisque les peines ne sont pas appliquées, il ne nous reste plus qu’à faire du bruit et mettre fin à ce silence constant des femmes harcelées dans les rues. Si un homme te touche, te siffle ou t’insulte, tu souffles dans ton sifflet même en plein milieu d’une rue ou dans un bus” explique au HuffPost Maroc une des fondatrices du collectif. Sur Twitter toujours, elle invite Mdina bus, la compagnie de bus casablancaise, à distribuer des sifflets aux femmes qui montent à bord et rejoindre ainsi le mouvement le 10 novembre.

L’initiative vous rappellera peut-être celle lancée en 2016 par une femme mexicaine, qui suite à des mains baladeuses dans le métro avait obtenu que la municipalité de Mexico distribue des sifflets aux femmes pour alerter en cas d’agression ou de harcèlement sexuel dans les rues et rames bondées de métros. “Ici ce n’est certainement pas la municipalité de Casablanca qui prendrait ce genre d’initiatives donc nous avons décidé de prendre les devants et le faire nous-même” explique-t-elle au HuffPost Maroc. 

Un petit bout de plastique pour rendre aux femmes leur dignité dans l’espace public, espère le collectif, plus que jamais mobilisé depuis les récentes affaires de viol et d’agressions sexuelles qui ont ébranlé le Maroc.