LES BLOGS
20/08/2018 15h:40 CET | Actualisé 20/08/2018 15h:40 CET

Il ne faut pas fâcher les nouveaux maîtres de la Tunisie

Réaliserons-nous enfin qu’un drame est en train de se jouer?

Bloomberg via Getty Images

L’heure est grave.
Tous les prémices sont là.
Que des coups sous la ceinture et en non stop.

Un avocat de caniveau récemment maire se prend pour Dieu et empêche des mariages mixtes de culte entre les Tunisiennes musulmanes et les non musulmans.

Une épouse est conduite de force par une police étrange se voulant “des moeurs et de bonne conduite conjugale” au poste sans possibilité de voir son avocat pour n’avoir pas demandé d’autorisation de sortie de chez le mari.
Des prêches anti-colibe appelant à la haine au lieu de la discussion.

Des petites filles voilées de la tête au pied.
Des petits garçons, en kamiss jouent mal dans leur nouveau accoutrement. Ils leur ont volé leur enfance en les endoctrinant et en les enrôlant. Des futurs lionceaux du califat.

Des hôpitaux vidés de leurs meilleurs laissés pour compte, sans médicament ni personnel, autorisant la corruption,la violence et les agressions pour effondrer la santé publique au profit de marchés juteux de privatisation de la santé.

Le planning familial et son conseling défigurés au profit des naissances explosives fruit d’unions “halales” avec ou sans mariage légal.

Un système éducatif de plus en plus ulcéré toujours au profit d’un plan démentiel pour la privatisation du secteur qui ramène gros.

Des trains roulent sans chauffeur vers la mort et d’autres trafics tolérés pour ruiner la sécurité des passagers et les terroriser.

Des gouverneurs voleurs,d’autres terroristes ou en fuite avec l’aval d’un gouvernement mou ou complice.

Des politiciens réinventent le passé pour mieux l’adapter à leurs mensonges. Ils trafiquotent l’histoire, réaniment certains faits pour dynamiter la scène politique et en profiter. Le révisionnisme bat son plein.Le culte de la personnalité et la récupération également. Les flirts et coucheries politiques dictent le visage du pays. De nouvelles matrones et un proxénétisme d’État semblent devenir légion.

La justice de plus en plus borgne et laxiste. Elle autorise l’apologie du terrorisme pour certains en allégeant les crimes ou leur libération rapide. Elle s’en prend plus dur au voleur de pain et au misérable.

La police se perd entre parallèle et vraie, avec une police de la pensée qui se développe de plus en plus comme autrefois.

Finalement les dictatures se copient les unes les autres surtout celles qui se portent garantes de l’islam.
Nous comprenons tous que par de pareils démesures, nous allons vers la dérive.
C’est un sérieux avertissement qu’on nous donne.
Il ne faut pas fâcher les nouveaux maîtres de la Tunisie.
Réaliserons-nous enfin qu’un drame est en train de se jouer?
La fin d’une épopée. La République de Bourguiba.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.