LES BLOGS
03/06/2019 23h:30 CET | Actualisé 03/06/2019 23h:30 CET

Il faut rejouer le match de la finale de la Ligue des Champions de Football d’Afrique Espérance de Tunis - Wydad Casablanca

A présent, il faut rétablir l’équité des chances et rejouer le match.

FETHI BELAID via Getty Images

Si certains matches de football font partie de la légende du football, d’autres restent célèbres en raison de fautes d’arbitrage. La finale de la Ligue des Champions de Football d’Afrique qui vient de se disputer entre l’Espérance de Tunis et le Wydad de Casablanca restera, hélas, dans l’histoire du football comme ayant été marquée par une défaillance de la vidéo. Dommage et bien regrettable. 

Nous estimons que cette finale doit être rejouée.

 

Pourquoi rejouer la finale ?

La VAR, défaillante à un tel niveau de compétition, c’est bien malheureux. La vidéo est aujourd’hui un instrument indispensable, son utilisation aurait pu changer le résultat de la finale de la Ligue des Champions de football d’Afrique...

Le club de Casablanca a été privé d’une chance et vu les enjeux et surtout le prestige d’une telle rencontre, l’équité ne peut pas aujourd’hui être mise de côté. 

La chance qui a été perdue doit être redonnée en organisant un nouveau match, même si ce fut une erreur de ne pas avoir repris le jeu. Le Milan AC avait été sanctionné d’une année de non – participation en Coupe d’Europe pour ne pas avoir repris le match contre l’OM (quarts de finale de la Ligue des champions 1991) à la suite d’une panne d’électricité.

A présent, il faut rétablir l’équité des chances et rejouer le match.

 

La vidéo est un progrès 

En Europe, lors de la saison 2018-2019  notamment la Ligue des Champions, le recours la VAR a été d’une grande utilité et lors de nombreux matches, la VAR a été utilisée.

Malgré les critiques pointées par certains, la vidéo est un progrès incontestable et une avancée majeure, elle est inéluctable. Elle doit être généralisée dans le monde entier, tous les pays, dans tous les continents et toutes les compétitions professionnelles.  

De même, la vidéo doit évoluer et ne doit pas être réservée aux seuls arbitres. Nous estimons que le Capitaine de l’équipe de football (club ou sélection) doit pouvoir accéder à la vidéo, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Cette proposition mérite d’être retenue et expérimentée. Si elle est adoptée, elle constituerait une véritable réforme de l’arbitrage.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.