LES BLOGS
11/06/2018 12h:09 CET | Actualisé 11/06/2018 12h:09 CET

Hypersensibilité émotionnelle : comment arrêter d’en souffrir « dans les tripes » ?

"Les personnalités hypersensibles, sont souvent séduisantes, et sont donc une proie convoitée pour les prédateurs et ceux qui ne sont pas dans l’affect"

ljubaphoto via Getty Images

A fleur de peau ? Un rien vous écorche ? Vous contrarie, vous blesse ? Vous avez du mal à gérer vos émotions, tout vous touche, tout vous peine et il vous faut plus de temps pour digérer ?

Vous prenez trop les choses à cœur ? Rien ne glisse au fond sur vous, tout vous prend aux tripes !

Vos émotions sont à fleur de peau et vous écorchent jusqu’à en être malade. Les événements de la vie, vos rapports aux autres sont complexes et on vous reproche souvent de trop exagérer vos sentiments, et pourtant vous vivez les choses avec une grande souffrance.

Vous pensez que vous êtes trop sensible, trop anxieux trop angoissé et vous vous sentez constamment en faute, allant jusqu’à vous en excuser ?

“Ne vous excusez jamais d’être sensible. Montrer ses émotions, c’est un signe de force, pas de faiblesse !

C’est un courage émotionnel et une honnêteté intellectuelle que peu de personnes ont. La transparence est une vertu bien souvent galvaudée…de nos jours.

Attention votre don UNIQUE peut se retourner contre vous…

Un trop plein de sensibilité dans un monde dénué de sens

L’hypersensibilité émotionnelle touche une certaine catégorie de personnes. Ces dernières ont comme un sixième sens, intuitives, elles devinent les choses.

Ces personnes voient les choses avant les autres, elles devinent la souffrance avant les autres. Leur forte empathie et leur don de soi fera qu’elles comprendront et verront avant les autres, ce qui est, se mettant souvent en danger

Elles n’ont pas la carapace pour faire face, elles sont à cœur ouvert et leur grande sensibilité, en font les meilleurs amants, les meilleurs amis, les meilleurs parents, les meilleurs thérapeutes. Mais leur parcours est aussi un long chemin de croix.  CAR ELLES SONT AUSSI LEUR MEILLEURE ENNEMIE !

Quand l’empathie devient toxique

Éponge, elles absorbent toute la souffrance du monde et bien souvent portent les malheurs du monde sur leurs épaules, au point de se faire du mal. Elles n’arrivent plus à se protéger, et à filtrer le toxique du monde extérieur, mettant leur corps en danger. Mais aussi leur âme…

Bien souvent, les personnes émotionnellement hypersensibles se caractérisent par une impulsivité émotionnelle qui surprend et qui déstabilise. Elles vivent continuellement un syndrome  de « cocotte minute » car à défaut de pouvoir se faire comprendre, elles se retrouvent souvent dans une situation d’impasse émotionnelle qui lentement les asphyxie.

Pour respirer et ne pas mourir, leur  impulsivité mal comprise sera leur seul mode de fonctionner. Mais en société, cela n’est pas compris, car ces personnes sortent des codes moraux, de ce qui est politiquement correct en termes de comportement et même d’humanisme, dans un monde de plus en plus aseptisé où la bienveillance n’est que simple rhétorique, où tout est dans le contrôle, la défensive et l’individualisme.

On a du mal à comprendre, voire on craint les personnes qui sont en surplus d’émotions et d’amour.

Attention danger !

Parce que vous ressentez plus de choses que les autres, la moindre chose vous affectera. Votre corps réceptacle de vos émotions commencera à se dérégler. L’anxiété, le stress et la dépression sont la symptomatologie de votre grande sensibilité.

Mais tout dépendra de votre compréhension  et de  votre rapport au monde !

Notre lecture du monde étant purement subjective, de cette lecture dépendra notre compréhension des choses de la vie. Notre point de vue quant aux situations de la vie dépendra également du développement de l’hypersensibilité émotionnelle ou pas. Par ailleurs, à cela viendra s’ajouter un composant organique. Il existerait en effet, un composant biologique ; c’est en tout cas la conclusion qu’ont tiré les psychologues de l’Université de Stony Brook à New-York suite à une étude réalisée à ce sujet. Cette étude effectuée par des psychologues, a permis de réaliser des photographies du fonctionnement cérébral montrant que les personnes les plus sensibles présentent une plus grande activation du cortex frontal face à des visages joyeux ou tristes, par exemple. Il semblerait en effet que les personnes hypersensibles captent les détails avec plus de précision que les personnes moins sensibles.

Notre sensibilité est le résultat de notre arbre de vie

Notre espace, notre environnement, notre vécu, alimentent nos sensibilités.

En fait, nous sommes une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux. Des facteurs qui vont nourrir l’hypersensibilité émotionnelle.

Par exemple, un enfant qui grandit dans une famille instable, générera plus tard une dette affective, justement par manque d’amour.

En grandissant, cet enfant aura  du mal à réguler ses émotions, et en raison de son enfance, sa sensibilité serait accentuée par rapport à celle des autres.

Adulte il sera tourné vers les autres, il donnera tout l’amour du monde aux autres, mais ne s’écoutera jamais, creusant encore plus sa dette affective. Il s’oubliera continuellement, jusqu’à se laisser mourir émotionnellement.

Il développera au demeurant pas mal de problèmes psychosomatiques.

Apprenez à accueillir vos émotions avec plus de recul

Enfant, vous avez été timoré, timide, souvent honteux de ne pas « être comme » les autres. Adulte vous devenez une éponge à souffrances, parce que vous n’avez pu cautériser les vôtres, vous allez cautériser celles des autres…

Ce manque d’amour va être un trop-plein d’amour, parfois envahissant et mal compris par les autres.

Vous deviendrez un affamé de l’amour et des sens.

Changez votre perspective, votre rapport aux mondes, votre rapport avec les autres !

Un travail personnel devra se faire, afin de prendre du recul et de voir les situations de vie d’un autre œil. Même en étant émotionnellement hypersensible, vous serez alors plus en mesure de gérer vos émotions en les exprimant et en y réagissant d’une manière bien moins exacerbée.

Il faudra mettre plus de bon sens, dans l’affect, installer une sorte de GPS des émotions où vous savez qu’il ne faut pas dépasser une certaine frontière. Et dès que vous sentez que vous allez déraper, mettre un holà !

Fuyez toutes les situations, les rapports humains, faux et en manque de transparence, votre intuition vous le dira bien assez tôt, et ne soyez jamais esclave de vos sentiments, il faudra réussir, à vous protéger sur le long terme.

La  surenchère affective est  facile pour l’hypersensible, c’est une drogue pour lui d’autant qu’il lui est difficile de se détacher de sa nature profonde.

Faites une pause émotions pour ne pas vous faire cannibaliser

Faites une pause, et laissez le rationnel prendre le dessus. Une sorte de douche froide pour calmer vos émotions. Il faudra rester en vigilance, par rapport à certaines situations de vie et certains liens, comme la passion, l’amour, les challenges.

Il faudra éviter autant que possible les situations  dangereuses, anxiogènes,  toxiques qui pourraient créer une forme de dépendance affective stérile. Un abyme ou un puits sans fond où vous risquez de vous perdre irrémédiablement.

La maladie d’amour par exemple,  est le pire ennemi de l’hypersensible. Ce dernier en manque, se donnera tellement, que la chute n’en sera que vertigineuse. Le souci, c’est que ces personnalités hypersensibles, sont souvent séduisantes, et sont donc  une proie convoitée pour les prédateurs et ceux qui ne sont pas dans l’affect ( et  ce dans tous les rapports humains: famille, employeur, amis etc)

Comment les thérapies brèves peuvent aider

L’hypersensibilité émotionnelle peut être très positive. A vous d’apprendre à la dompter et à la tourner à votre avantage. Vous allez aussi attirer les bonnes personnes, il suffira de les reconnaître !

Beaucoup de personnes auront besoin de vous, et vous allez exceller dans les métiers tournés vers la relation d’aide.

En tant que technique psycho-corporelle, la Sophrologie par ses exercices dynamiques mais aussi certains exercices plus passifs engageant la visualisation mentale, permettra d’éliminer  les tensions  musculaires du corps.

La relaxation, quant à elle, enclenchera un vrai travail préalable à la  psychothérapie. Le corps se relâche en détente, faisant de même avec les structures mentales, ce qui permet au thérapeute de programmer du positif chez le sujet, en se basant sur les ressources mentales de ce dernier. A l’aider également à comprendre ses émotions, en les accueillant sans jugement et avec bienveillance pour apprendre à prendre de la distance et à relativiser pour son meilleur être.

L’hypersensibilité ça se soigne !

Souvent dans leur bulle, à l’écart du monde, les hypersensibles observent tout, et sont bien plus extravertis que vous ne le pensez. Cependant, ils ont besoin de se protéger et de se forger une carapace, pour continuer à défendre leurs valeurs et vision de la vie. Idéaliste, utopiste, surréaliste, ils sont vrais mais ont du mal à s’affirmer et à dire non, de peur de « faire de la peine » aux autres et de ne pas « être aimés ».

La Sophrologie est justement là pour recadrer cette propension à s’oublier pour les autres, et donc à mieux gérer leur vie et relation interpersonnelle, en couple,  au boulot, avec leurs enfants ou leurs parents ou amis.

Il leur faut apprendre impérativement à s’écouter d’abord avant les autres et à se déculpabiliser.

Beaucoup de souffrance, de dépressions, de culpabilité pourrait ainsi être évitées.

Rappelez-vous que l’hypersensibilité émotionnelle est aussi un cadeau pour vous et les autres

Elle  permet de mieux  vous  connecter aux autres et à les aider s’ils en ont besoin. Cependant gare aux conséquences négatives tels que le manque d’assurance, ou encore les difficultés à gérer les émotions et la susceptibilité.

N’ayez crainte, tout cela se recadre et les thérapies brèves comme la Sophrologie, l’Hypnose, les thérapies brèves et comportementales, vous y aideront.

J’accompagne souvent ce genre de problématiques, étant moi-même une hypersensible, j’ai le vécu et mon accompagnement se base justement sur mon parcours de vie ( outre la technicité de mes diplômes)

N’essayez pas de mettre du sens à ce qui n’a pas de sens, mettez simplement du Sens à ce qui le mérite !

Retrouvez les conseils de la thérapeute Fériel Berraies : www.feriel-berraies-therapeute.com

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.