MAROC
10/08/2018 11h:40 CET | Actualisé 10/08/2018 11h:45 CET

“Huru”, la nouvelle boutique en ligne pour s’habiller vintage au Maroc sans se ruiner

Pour ajouter une touche de Carrie Bradshaw, un zeste de Rachel, et une pincée de Cher à votre garde-robe.

ShopHuru/Instagram

MODE - Quand Maha Rachidi et Tunu Kibelloh ont dû vivre dans la même chambre pendant leurs années d’études à l’université Al Akhawayn à Ifrane, elles ne se doutaient pas qu’elles allaient créer, quelques années plus tard, une plateforme où les vêtements vintage se vendraient aussitôt mis en ligne.

La cohabitation n’a cependant pas été très difficile, puisque les deux étudiantes se sont découvert une passion commune, celle de la mode et des vêtements. Les deux amies sont aujourd’hui les fondatrices de “Huru”, une boutique en ligne de vêtements vintage, chinés un peu partout dans le monde.

A post shared by Huru (@shophuru) on

Les deux amies ne manquent en effet jamais l’occasion de faire le tour des outlets, brocantes, et marchés du dimanche, qu’elles soient en France, en Angleterre ou encore en Thaïlande, pour espérer dénicher des pièces originales. Au bout de sept ans, elles ont pu réunir une large collection de vêtements vintage, dont 78 vestes en jean, où aucune pièce ne ressemble à l’autre.

“Tunu et moi partageons la même passion folle et le même amour pour les vêtements, nous recherchons des pièces uniques qui vous font dire devant votre miroir: ‘j’ai l’air bien’”, explique avec enthousiasme Maha Rachidi, 25 ans, au HuffPost Maroc.

“Après toutes ces années, nous avons pu rassembler des pièces incroyables et finalement, cette année, nous nous sommes sentis prêtes à montrer ces pièces au monde via notre boutique Instagram”, indique la cofondatrice.

Une touche de Carrie Bradshaw, un zeste de Rachel, et une pincée de Cher

Inspirées par les tenues des personnages des séries et films cultes des années 90 et début 2000, comme “Friends”, “Sex and the city” ou “Clueless”, les deux entrepreneuses s’amusaient alors à réajuster quelques vêtements pour les rendre plus adaptés à la mode d’aujourd’hui tout en conservant leur esprit d’origine, ce qui attisait la curiosité de leur entourage.

“Nos amies nous demandent souvent où est-ce qu’on achète nos habits et sont surpris de savoir que, par exemple, le short que je porte était d’abord un pantalon, ou que mon haut tube avait des bretelles à l’origine... Ils nous demandent souvent de réajuster leurs vêtements. On s’est alors dit: pourquoi ne pas en faire profiter les autres aussi?”, raconte au HuffPost Maroc Tunu, 27 ans, qui n’a pas peur des ciseaux et sait manier la machine à coudre.

A post shared by Huru (@shophuru) on

Les jeunes femmes se sont donc lancées le 28 juin dans ce nouveau projet baptisé “Huru” qu’elles avaient toujours gardé en tête mais n’avaient jamais réussi à concrétiser. ”‘Huru’ veut dire libre en swahili, mais ça évoque aussi ‘hour’ qui veut dire libre en arabe”, et c’est cette liberté que nous voulions mettre en valeur”, expliquent la Tanzanienne Tunu et la Marocaine Maha.

“Notre objectif est de créer une communauté de femmes libres. Les vêtements ne sont qu’un moyen pour elles d’exprimer cette liberté”, explique l’entrepreneuse de 27 ans. “Les jeunes femmes marocaines ont par exemple tendance à choisir de porter des pantalons au lieu de robes, mais nous avons choisi de proposer plus de robes et de jupes pour encourager les femmes à les porter”, souligne Tunu.

A post shared by Huru (@shophuru) on

Le choix des modèles de la marque n’est également pas anodin puisqu’elles sont loin de ressembler aux mannequins filiformes qui défilent sur les podiums. Sur la page de Huru, des femmes aux visages, corps, tailles et formes différentes posent fièrement pour l’objectif de la marque.

Des pièces uniques à moindre prix

Le style vintage et l’originalité des pièces ne sont pas les seules raisons qui poussent les internautes à s’arracher les pièces de Huru; les prix doux proposées par la marque constituent également un bon argument de vente.

“Le prix du prêt-à-porter reste très cher au Maroc, nous voulions donc proposer quelque chose qui serait abordable pour la plupart des Marocaines”, confie Tunu. “Nous essayons aussi de mettre en valeur la qualité et la beauté du produit, la marque nous importe peu”, souligne la co-fondatrice.

Les pièces sélectionnées par Tunu et Maha trouvent ainsi leurs acheteuses dans la journée. “Première arrivée, première servie!”, précise Tunu.

Plusieurs clientes, frustrées de ne pas avoir mis la main sur un vêtement à temps, demandent souvent aux fondatrices de proposer d’autres modèles similaires, et il semblerait que les entrepreneuses aient bien pris note de leurs demandes.

“Notre but ultime serait de confectionner nos propres pièces inspirées de ces modèles vintage, mais aussi proposer des modèles pour hommes, et d’autres mixtes”, déclare, optimiste, la Tanzanienne.

Les nostalgiques des années 90 peuvent trouver leur bonheur dans la boutique en ligne qui livre partout au Maroc.