ALGÉRIE
02/09/2019 12h:34 CET

Hong Kong : nouvelles actions de la mouvance pour la démocratie

Reuters
A demonstrator helps to build a barricade during a protest in Tsuen Wan, in Hong Kong, China August 25, 2019. REUTERS/Kai Pfaffenbach

Les étudiants Hongkongais ont décidé de lancer une campagne de boycott des cours de deux semaines pour maintenir la pression sur un gouvernement local loyal à Pékin qui n’a toujours fait aucune concession majeure au mouvement pour la démocratie.

L’ex-colonie britannique connaît depuis trois mois sa plus grave crise politique depuis la rétrocession en 1997, avec des actions quasi quotidiennes pour dénoncer l’ingérence grandissante de la Chine dans les affaires intérieures de cette région semi-autonome.

Pékin, qui affiche un soutien indéfectible au gouvernement hongkongais, a multiplié les menaces et les actes d’intimidation.

“La fin est proche” pour la mobilisation en faveur de la démocratie, a encore averti dimanche soir l’agence officielle de presse Chine nouvelle dans un éditorial, sans donner plus de précisions.

Cela n’a pas empêché lundi matin des manifestants vêtus de noir, couleur emblématique du mouvement, de cibler à nouveau le MTR, le réseau de métro crucial au fonctionnement de Hong Kong, en bloquant dans quelques stations les portes des rames pour les empêcher de partir.

Des élèves sèchent les cours 

Dans la matinée, des élèves du secondaire ont formé des chaînes humaines devant plusieurs lycées publics. Certains portaient des masques à gaz, des casques et des lunettes de protection, comme le font les manifestants pour se protéger des lacrymogènes.

Des élèves ont même séché les cours pour se rendre à une manifestation dans le centre de l’ex-colonie britannique.

“Hong Kong est notre maison. Nous sommes l’avenir de la ville et nous devons prendre nos responsabilités pour la sauver”, a déclaré une élève de 17 ans se faisant appeler Wong.

Né en juin du rejet d’un projet de loi qui devait autoriser les extraditions vers la Chine, le mouvement de contestation a depuis considérablement élargi ses revendications.

Celles-ci renvoient toutes à la dénonciation d’un recul des libertés et de l’ingérence grandissante de Pékin en violation du principe “Un pays, Deux systèmes” qui avait présidé à la rétrocession en 1997.

Boycott étudiant 

Des manifestants avaient également appelé à une grève générale lundi, mais celle-ci ne semblait pas avoir pris en milieu de journée.

Des étudiants comptent également manifester dans l’après-midi. Les universités devaient reprendre les cours lundi, mais des étudiants prévoient un boycott de deux semaines.

L’ex-colonie britannique connaît depuis trois mois sa plus grave crise politique depuis la rétrocession en 1997, avec des actions quasi quotidiennes pour dénoncer l’ingérence grandissante de la Chine dans les affaires intérieures de sa région semi-autonome.

L’image de marque de Hong Kong, jusque-là réputée comme une place financière stable, a été ébranlée par le mouvement actuel. Le nombre de touristes a plongé, et hôtels et commerces doivent faire face à des baisses importantes de leur chiffre d’affaires.