ALGÉRIE
31/12/2015 04h:28 CET | Actualisé 31/12/2015 04h:41 CET

Djamila, Bouchra et Jugurtha parlent de Hocine Aït Ahmed, l'homme, le poète, le militant (VIDÉOS)

Capture d'écran
Bouchra Aït Ahmed lisant un poème écrit par son père, en prison entre 1964-1965, intitulé

Hocine Aït Ahmed évoqué par les siens, son épouse, Djamila, sa fille Bouchra et son fils Jughurta L'homme, le poète, le militant politique.

Djamila Aït Ahmed parlant avec une émouvante simplicité de son mari, Da L'Hocine, parti en vous laissant "sa baraka" et en nous "montrant le chemin à suivre". "Il est, la haut, avec les anges, pour veiller sur ses enfants". "Hocine Aït Ahmed vous a laissé sa Baraka, il vous a laissé un chemin un suivre".

Bouchra Aït Ahmed, au cours de la cérémonie de Lausanne a parlé de Hocine Aït Ahmed, "un amoureux des gens de tous les pays", "un homme de cœur" avant de lire un poème, intitulé les Maquisards, écrit en prison, dans les années 64-65, en prison par Hocine Aït Ahmed.

Jughurta Aït Ahmed souligne à quel point son père était "fédérateur" avec un hommage appuyé aux militants du FFS qui se battent sur une thématique, comme cela souvent été le cas, en "avance", sur un "un créneau cher à mon père, celui du consensus"