LES BLOGS
16/03/2018 14h:27 CET | Actualisé 17/03/2018 08h:28 CET

Hocine Ait Ahmed, l'Intemporel

JACQUES MORELL via Getty Images

Je ne peux pas juste minimiser Hocine Ait Ahmed à ses activités au FFS. Il est cet espoir que chaque Algérien convoite. Sa mort nous a laissé un goût d’inachevé.


Il suffit de l’écouter quand il explique les choses, employant des mots simples pour vulgariser des situations complexes à ses compatriotes. Ce génie du discours, ce féru de la lecture et cet artiste du “politiquement correct ” ne laisse personne indifférent à son aisance dans la parole, à sa pédagogie diversifiée, à sa lucidité irréprochable et à la responsabilité qu’il octroi à ce qu’il avance.


Emprisonné, trahi, exilé, tel est le sort de chaque homme qui veut changer profondément sa société en Algérie.

Aujourd’hui, la réflexion manque pour avancer dans la sphère politique et pour mettre à jour les mécanismes de lutte, Ait Ahmed aurait pu être l’homme de la situation, il savait faire la part des choses, il savait comment s’adresser à chaque partie de la société et cela lui procure une grandeur sans égale, une seconde nature à vrai dire, et cela faisait peur au pouvoir.

Roland Poupon dit " La politique devient grande lorsqu'elle écoute les petits".

Ce personnage qui s’inscrit plutôt dans l’universalité que dans les slogans qui réduisent l’Algérie à des déclarations mesquines sur des pupitres, a laissé derrière lui un lègue qui est intemporel dans l’Histoire. Faisons bon usage !