TUNISIE
20/09/2016 16h:15 CET | Actualisé 20/09/2016 16h:32 CET

Procès Hizb Ettahrir: Le parti islamiste demande l'arrêt des poursuites

FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Tunisian protesters shoot slogans during a demonstration called by the supporters of radical Islamist party Hizb ut-Tahrir to protest against the draft Constitution that they consider 'secular' on January 24, 2014 in Habib Bourguiba Avenue in Tunis. Tunisian lawmakers are to vote on January 25, 2014 adopting a long-delayed new constitution, seen as crucial to getting the democratic transition back on track more than three years after the revolution. AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)

POLITIQUE- Lors de son procès qui a débuté, ce mardi 20 septembre, devant le tribunal militaire, le parti Ettahrir a revendiqué l'arrêt des poursuites à son encontre, arguant une faute de compétence, conformément à l’article 110 de la Constitution.

Pour la défense du parti, cette convocation est illégale car seuls les militaires peuvent comparaitre le tribunal militaire, selon eux.

Un rassemblement des partisans de ce parti a eu lieu devant le Tribunal militaire de Tunis pour dénoncer ce procès.

Les faits d'armes du parti

Le gouvernement tunisien a saisi la justice militaire pour faire interdire le parti islamiste radical, régulièrement accusé de "troubles à l'ordre public" depuis sa légalisation dans le sillage de la révolution, notamment après avoir appelé l’armée nationale au "jihad" à cause de la participation de juifs étrangers de la Ghriba à Djerba.

Suite à une plainte déposée par la présidence du gouvernement, le substitut du président du tribunal de première instance de Tunis a décidé de suspendre les activités du parti islamiste Hizb Ettahrir pendant trente jours. Cette décision représente la dernière étape avant la dissolution du parti.

Avant le dépôt de la plainte, la présidence du gouvernement avait prévenu le parti des dépassements que recèlent ses activités et ce comme le dispose la loi organisant les partis politiques en Tunisie.

Ignorant cette décision judiciaire, les dirigeants du parti ont envoyé, une heure après l’annonce du verdict, des invitations pour une conférence de presse dans le local du parti situé à l’Ariana.

Bien que le communiqué n’ait été signé que par un simple "bureau de presse du parti Ettahrir pour la 'wilaya' de Tunis", cette démarche constituait un défi direct lancé à l’encontre de l’État tunisien. L’objet de la conférence était selon le communiqué "l’attaque du local du parti et le gel de ses activités".

En début du mois de mai, et suite aux de violences survenues à l’île de Kerkennah (alors que l’île connaissait de grandes protestations de la part des jeunes qui réclamaient d’être employés au sein d'une société pétrolière) le chef du gouvernement sortant, Habib Essid, avait assuré, lors d’une interview accordée à la radio Kelma, avoir en sa possession des preuves matérielles impliquant, directement, Hizb Ettahrir dans les incidents. Essid s’était engagé, à l’époque, à suivre l’affaire de près et de la confier à la Justice.

Vers la fin du même mois, Hizb Ettahrir avait organisé son congrès annuel sous le thème "le prochain califat qui sauvera le monde". Le parti avait même publié un spot reprenant des slogans hostiles à l’État civil et à son régime républicain.

Bien qu’il ait été autorisé par le Tribunal administratif, le congrès en question avait été empêché par les forces de l’ordre.

Hizb Ettahrir avait dénoncé dans un communiqué la récente venue de policiers au siège du parti et l'arrachage de son emblème par les forces de l'ordre, fustigeant une "atteinte flagrante au droit d'association".

Créé au début des années 1980, ce mouvement, qui prône l'instauration de la charia (loi islamique), n'a été légalisé qu'en 2012, après la Révolution populaire qui mit fin au régime Ben Ali.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.