LES BLOGS
15/12/2016 05h:35 CET | Actualisé 15/12/2017 06h:12 CET

Histoire d'une bactérie rebelle

La négligence était partout autour d'elle, bafouant tour à tour les mesures d'hygiène les plus basiques. C'était elle qui murmurait à l'oreille du personnel de santé en leur disant qu'une simple petite effraction de rien du tout, ne ferait de mal à personne, qui les persuadait que si tout le monde commettait la même erreur ce n'en était plus une.

Il était une fois, dans un pays pas si lointain, une colonie de bactéries multi résistantes qui vivait paisiblement dans un service de réanimation. Elles menaient une vie prospère où elles ne manquèrent jamais de vivres et où les milieux de culture s'étendaient jusqu'au soleil couchant.

C'était la colonie la plus forte qu'on ait jamais vue. Rien ne les arrêtait, ni les associations d'antibiotiques à large spectre ni les mesures d'hygiène les plus strictes. Les médecins tremblaient rien qu'à entendre leur nom.

Mais au milieu de toute cette insouciance et de cette légèreté, une en particulier se détachait du lot. Elle était différente, dotée d'une intelligence particulière et d'un esprit critique.

Elle s'appelait Mozarella. C'était une bactérie fort curieuse qui se passionnait pour un sujet en particulier et toutes ses questions la maintenaient éveillée la nuit. Elle regardait ses semblables autour d'elle et se demandait: "D'où venons nous? A qui ou à quoi doit on notre existence?"

Toute sa vie, Mozarella cherchait des réponses et réfléchissait sans relâche, jusqu'au jour où, vaquant tranquillement à ses petites affaires de bactérie, elle fut frappée par une évidence. La réponse était si simple et claire que Mozarella en rit: toute sa vie elle la devait à la négligence.

La négligence était partout autour d'elle, bafouant tour à tour les mesures d'hygiène les plus basiques. C'était elle qui murmurait à l'oreille du personnel de santé en leur disant qu'une simple petite effraction de rien du tout, ne ferait de mal à personne, qui les persuadait que si tout le monde commettait la même erreur ce n'en était plus une.

Mozarella l'avait bien compris, si elle était là, à cet endroit en ce jour particulier, c'était bien grâce à la négligence et se demanda alors combien d'autres choses pouvait on rattacher à cette même négligence. Mozarella y songea pendant un instant, puis se dit qu'elle n'en viendrait jamais à bout.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.