ALGÉRIE
15/11/2015 03h:24 CET | Actualisé 15/11/2015 03h:24 CET

Hillary Clinton veut l'union sacrée contre l'EI, pas une guerre contre l'islam

AFP

La démocrate Hillary Clinton a appelé samedi à la destruction du groupe Etat islamique mais assuré aux musulmans que les Etats-Unis n'étaient pas en guerre contre leur religion, lors d'un débat où les attentats de Paris ont figuré en première place.

Les trois candidats aux primaires démocrates pour la présidentielle de novembre 2016 - Hillary Clinton, le sénateur Bernie Sanders et l'ancien gouverneur du Maryland Martin O'Malley - devaient initialement évoquer les sujets économiques samedi à Des Moines, dans l'Etat stratégique de l'Iowa, pour leur deuxième débat des primaires.

Mais les attentats de vendredi, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), ont bouleversé le programme. Les questions minées de sécurité nationale, de terrorisme et de crise des réfugiés ont monopolisé la première demi-heure du débat de deux heures, organisé par la chaîne CBS. Une minute de silence en mémoire des victimes a ouvert l'émission.

Comme le président Barack Obama, la favorite de l'investiture a refusé de parler d'"islam radical", la terminologie préférée des républicains.

"Nous ne sommes pas en guerre contre l'islam", a-t-elle déclaré. "Nous sommes en guerre contre l'extrémisme violent, nous sommes en guerre contre ceux qui utilisent leur religion dans un but de pouvoir et d'oppression".

"Nous devons être résolus pour unir le monde et détruire l'idéologie jihadiste radicale qui anime des organisations comme l'EI, un groupe terroriste violent, barbare, sans pitié", a aussi dit Hillary Clinton, première secrétaire d'Etat de Barack Obama (2009-2013). "Mais cela ne peut pas être un combat américain, bien que le leadership américain soit essentiel".

Son principal rival, le "socialiste démocrate" Bernie Sanders, a répliqué que les Etats-Unis avaient une part de responsabilité dans la naissance de l'EI, à cause de l'invasion américaine de l'Irak en 2003. Une attaque directe contre Hillary Clinton qui avait voté pour autoriser le président George W. Bush à user de la force contre l'Irak de Saddam Hussein.

"L'invasion désastreuse de l'Irak, à laquelle j'étais fermement opposé, a complètement déstabilisé la région et conduit à la montée d'Al Qaïda et de l'EI", a déclaré Bernie Sanders.

LIRE AUSSI: Scènes d'apocalypse dans Paris

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.