MAROC
17/07/2018 15h:46 CET

Hervé Renard dément les rumeurs de départ pour entraîner la sélection algérienne

Ni "une autre nation africaine".

ATTILA KISBENEDEK via Getty Images

FOOTBALL - Alors que la presse algérienne parle depuis plusieurs jours d’un départ certain du sélectionneur des Lions de l’Atlas pour entraîner les Fennecs, Hervé Renard dément les allégations dans un post sur les réseaux sociaux, sur ses comptes Facebook et Twitter officiels, mettant fin aux rumeurs d’un éventuel départ pour le pays voisin. 

Certains évoquaient des négociations en cours entre le technicien français et la fédération de football algérienne, tandis que d’autres voyaient en lui un successeur confirmé à Rabah Madjer, récemment limogé à la tête de la sélection nationale algérienne. Il n’en est rien selon le principal concerné, qui comme à son habitude, fait court et précis. En quelques lignes, pour démentir les informations relayées par la presse algérienne et reprises par la presse marocaine, Hervé Renard affirme à demi-mot dans un post publié ce mardi 17 juillet, qu’il ne rejoindra pas l’Algérie, indiquant qu’il ne partira “en aucun cas pour une autre nation africaine quelle qu’elle soit.”

“Par respect pour le Maroc et tous les Marocains, je ne partirai en aucun cas pour une autre nation africaine quelle qu’elle soit”, écrit celui qui reste encore vague sur son avenir. Il indique en effet qu’il “encore trop tôt” pour se prononcer quant à la suite de sa carrière, et laisse entendre qu’il pourrait être amené à partir pour une équipe ou un club non-africain. 

Après l’élimination des Lions de l’Atlas en phase de poule de la Coupe du monde 2018, des rumeurs de départ du sélectionneur vers d’autres sélections africaines, le Qatar ou des clubs européens, ont alimenté les titres de la presse nationale. Hervé Renard les a balayées d’un revers de main, assurant qu’il est en contrat avec la Fédération royale marocaine de football (FRMF) jusqu’en 2022. “Plusieurs choses sont possibles dans le monde du football. Parfois, il y a des dirigeants qui ne sont pas satisfaits de leurs coachs et qui décident de les remplacer. Il peut y avoir aussi un désir de partir de la part du sélectionneur. Pour l’instant, on n’en est pas là. On verra ce qui va se passer dans les prochaines semaines. Mais aujourd’hui, personne ne peut parler en mon nom”, avait-il déclaré à nos confrères de 2M.  

En avril dernier, le coach des Lions de l’Atlas avait déjà répondu de manière cinglante et ferme aux “rumeurs et spéculations infondées rapportées par certains médias”, sur un éventuel départ après le Mondial 2018, notamment par le quotidien Al Akhbar et reprises par Le360.ma Sport“Je le dis calmement mais fermement: je suis très très bien au Maroc!”, annonçait-il.