MAROC
20/12/2018 13h:41 CET | Actualisé 20/12/2018 13h:43 CET

Hausse des frais de scolarité des étudiants étrangers en France: La maire de Paris fait part de ses "vives inquiétudes"

Dans un courrier adressé au Premier ministre français, Anne Hidalgo redoute cette mesure qui risque de dissuader "de nombreux talents d’entamer des démarches d’accès aux études en France”.

Challenges

PARIS - La hausse des frais de scolarité appliqués aux étudiants étrangers hors-Union européenne continue de susciter la polémique. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a notamment exprimé son “inquiétude” vis-à-vis de cette mesure dans un courrier dédié au Premier ministre français, Edouard Philippe et dont le HuffPost Maroc détient copie. 

Si Anne Hidalgo affirme avoir d’abord accueilli avec “attention et enthousiasme” les annonces du gouvernement “en faveur d’un meilleur accueil des étudiant.e.s internationaux”, elle fait cependant part de ses “vives inquiétudes devant l’augmentation annoncée des coûts des études supérieures pour les étudiant.e.s étrangers.” La maire de Paris craint ainsi l’effet dissuasif que cette mesure pourrait avoir sur la capitale française, qui accueille 67.000 étudiants étrangers par an.

Si la maire se dit fière “que Paris accueille quelques uns des meilleurs établissements au monde avec un coût de scolarité qui offre à tous la possibilité d’accéder à des études supérieures”, elle rappelle dans ce courrier que l’augmentation annoncée lui semble “de nature à dissuader, à l’avenir, de nombreux talents d’entamer des démarches d’accès aux études en France”. 

“L’attractivité de Paris tient également à notre capacité à représenter un territoire d’accueil et de refuge inconditionnel, pour tous les intellectuel.le.s., universitaires et artistes qui fuient leurs pays d’origine pour des raisons économiques comme politiques”, souligne par ailleurs Anne Hidalgo. Un statut qui semblait jusqu’alors acquis pour la ville lumière aux yeux des étudiants internationaux, qui étaient cette année 18.000 étudiants à désigner Paris comme leur deuxième ville étudiante préférée au monde, 

38.000 étudiants marocains concernés

La lettre de la mairie de Paris intervient quelques semaines après l’annonce du Premier ministre français, Edouard Philippe, d’une augmentation prochaine des frais de scolarité des étudiants étrangers hors-union européenne.

Ces étudiants devront ainsi, dès la rentrée 2019, débourser 2.770 euros en licence et 3.770 euros en master et doctorat, rapporte Europe 1 citant l’AFP, soit “le tiers du coût réel de leur formation”.

Le Premier ministre français s’est justifié sur cette annonce en affirmant vouloir “opérer une forme de révolution pour que notre attractivité ne soit plus tant fondée sur la quasi-gratuité que sur un vrai choix, un vrai désir, celui de l’excellence”. Des mesures qui concerneront 38.000 étudiants marocains, 26.000 algériens et 12.000 tunisiens.