TUNISIE
08/11/2018 13h:28 CET

Le harcèlement sexuel pendant les JCC, un fléau dénoncé par Aswat Nissa

L’association Aswat Nissa relate des plaintes de plusieurs filles et femmes qui se sont vue harceler sexuellement pendant les JCC.

Les Journées cinématographiques de Carthage (JCC) riment avec des files d’attentes interminables, un centre-ville bondé, des personnes collées les unes aux autres, parfois propices aux harceleurs.

L’association Aswat Nissa relate des plaintes de plusieurs filles et femmes qui se sont vue harceler sexuellement pendant les JCC. 

Dans ce cadre, l’organisation lance une compagne intitulée “Non au harcèlement”. 

Aswat Nissa rappelle que le harcèlement sexuel est puni par la loi organique de 2017 sur la lutte contre les violences faites aux femmes. L’article 226 ter (nouveau) dispose: “Est puni de deux (2) ans d’emprisonnement et d’une amende de cinq (5) mille dinars celui qui commet le harcèlement sexuel.
Est considéré comme harcèlement sexuel toute agression d’autrui par actes ou gestes ou paroles comportant des connotations sexuelles qui portent atteinte à sa dignité ou affectent sa pudeur, et ce, dans le but de l’amener à se soumettre aux désirs sexuels de l’agresseur ou ceux d’autrui, ou en exerçant sur lui une pression dangereuse susceptible d’affaiblir sa capacité à y résister (...)”.

L’ONG, qui affirme avoir reçu de nombreuses plaintes, appelle le comité d’organisation à consacrer plus d’efforts pour mettre fin à ce fléau. Les agents de sécurité des salles de cinéma et les forces de l’ordre sont appelés à prendre plus de mesures pour prévenir et prendre en charge le harcèlement. 

Une enquête du Centre de recherches, d’études, de documentation et d’information sur la femme (CREDIF) montre que 53.5% des femmes interrogées affirment avoir subi une forme de violence dans l’espace public.

78% d’entre elles disent avoir subi une forme de violence morale, 41% une violence physique et 75.4% une violence sexuelle.

Les journées cinématographiques de Carthage se déroulent du 03 au 10 novembre 2018 dans plusieurs salles de cinéma du pays, principalement au centre-ville de Tunis. 

206 films, provenant de 47 pays du Monde Arabe et d’Afrique sont diffusés dans les différentes compétitions et sections (compétitions officielle, section officielle hors-compétition, sections parallèles et Carthage Pro) de ce festival annuel du film.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.