TUNISIE
17/06/2019 12h:35 CET

Hamadi Jebali se prononce contre l'amendement de la loi électorale et exprime ses craintes sur un report des élections

"C’est une affaire que je considère importante et dangereuse qui touche à notre expérience démocratique et à la volonté du peuple" a-t-il affirmé.

FETHI BELAID via Getty Images

L’ancien chef du gouvernement d’Ennahdha, et candidat indépendant à la présidentielle de 2019 Hamadi Jebali s’est prononcé contre l’amendement de la loi électorale, dans une vidéo publiée dimanche sur sa page officielle Facebook.

“C’est une affaire que je considère importante et dangereuse qui touche à notre expérience démocratique et à la volonté du peuple: On ne touche pas à la loi à quelques mois des élections” a-t-il affirmé.

“En fin de compte, cela reviendrait à décider à la place du peuple” a-t-il déploré avant d’ajouter: “J’ai moi même des réserves sur certains candidats, sur leur passé et leur présent, mais ce n’est pas le sujet. Le sujet est: Sommes-nous prêts à accepter la décision du peuple, et qui se traduit par les élections?”.

“Nous ne pouvons pas changer les règles du jeu politique en se basant sur une majorité parlementaire. Ma positon est donc claire: Non au changement de la loi électorale dans ce contexte sensible” a martelé Hamadi Jebali appelant à “laisser le peuple choisir”.

L’ancien chef du gouvernement du parti Ennahdha a également exprimé ses craintes sur un éventuel “report des élections via l’application de l’article 80 de la Constitution”.

“Ne reportons pas les élections! Car en reportant les élections, l’on reportera la crise” a-t-il prévenu.

Article 80 de la Constitution:

En cas de péril imminent menaçant les institutions de la nation et la sécurité et l’indépendance du pays et entravant le fonctionnement régulier des pouvoirs publics, le Président de la République peut prendre les mesures nécessitées par cette situation exceptionnelle, après consultation du Chef du gouvernement et du Président de l’Assemblée des représentants du peuple et après en avoir informé le président de la cour constitutionnelle. Il annonce les mesures dans un communiqué au peuple.

Ces mesures doivent avoir pour objectif de garantir le retour dans les plus brefs délais à un fonctionnement régulier des pouvoirs publics. Durant toute cette période, l’Assemblée des représentants du peuple est considérée en état de réunion permanente. Dans ce cas, le Président de la République ne peut dissoudre l’Assemblée des représentants du peuple et il ne peut être présenté de motion de censure contre le gouvernement. (...)

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.