ALGÉRIE
08/03/2016 04h:39 CET | Actualisé 08/03/2016 05h:32 CET

Hamadache condamné à 3 mois de prison ferme et 50.000 Da d'amende pour avoir appelé au meurtre de Kamel Daoud

DR

Abdelfatah Hamadache a été condamné ce 08 mars à 6 mois de prison, dont 3 mois ferme et 50.000 Da d'amende par le juge de la Cour d'Oran pour avoir appelé au meurtre de l'écrivain et chroniqueur Kamel Daoud, a-t-on appris ce matin auprès de Me. Abderrezak Fodil, avocat du plaignant.

"La défense de Kamel Daoud est très satisfaite de l'aboutissement de l'affaire", a déclaré la même source.

Abdelfatah Hamadache, chef du parti non agrée du Front de la Sahwa islamique salafiste libre, a ainsi été condamné à 6 mois de prison, dont 3 ferme et trois autres avec sursis. M. Fodil a également fait savoir que le juge de la Cour d'Oran a condamné le salafiste à payer le dinar symbolique réclamée par la défense civile, le 1e mars dernier.

Kamel Daoud, qui ne s'est pas présenté au procès, tout comme l'accusé d'ailleurs, s'est dit "satisfait de ce verdict", a rajouté la même source.

L'affaire, pour rappel, remonte à décembre 2014 lorsque le salafiste Abdelfatah Hamadache a publié, sur Facebook, un appel à appliquer les "houdoud" contre Kamel Daoud qu'il qualifie "d'apostat" et de "sionisé" qui insulte "Allah" et le "Coran" et "combat l'islam".

Dans un post, qui a été supprimé par la suite, Abdelfatah Hamadache écrit que du point de vue du Front de la Sahwa Islamique "si la charia islamique était appliquée en Algérie, la sanction serait la mort pour apostasie et hérésie" contre Kamel Daoud.

Hamadache qui multipliait les prises de positions controversées, avait appelé, dans le même texte, le "régime algérien à condamner Daoud à "à être exécuté publiquement" pour sa "guerre" contre l'Islam.

La dernière chronique publiée le jour d’émission de la fameuse "fatwa" était intitulée " 50 nuances de haine" dans laquelle il s’en prend aux différents fanatismes dont celui des islamistes. "Il y a des cheikhs et des fatwas pour chaque femme en jupe, mais pas un seul pour nourrir la faim en Somalie. L'abbé Pierre n'est pas un emploi de musulman ? "

L'appel au meurtre de Daoud avait suscité, alors, une réaction rapide avec le lancement d'une pétition appelant le ministère de la justice à poursuivre Hamadache pour appel au meurtre. La pétition condamne avec "force les appels au meurtre public de Abdelfetah Hamadache, autoproclamé chef salafiste algérien, contre l’auteur et journaliste Kamel Daoud".

"Au regard de la démission de l’Etat algérien face aux aventuriers pseudo-religieux qui distillent la haine comme cela s’est passé à Ghardaïa et ailleurs, cette dérive n’est pas surprenante. Pire, elle était prévisible et en appellera d’autres dans un climat d’intolérance" indique le texte qui demandait aux ministres de la Justice et de l’Intérieur d'enclencher " des poursuites contre ces appels aux meurtres qui nous rappellent les pires moments de l’Algérie face au GIA".

L'écrivain et chroniqueur avait alors porté plainte contre son assaillant. Le communiqué des Editions Barzakh, qui édite Kamel Daoud en Algérie, avait annoncé ce recours à la justice en soulignant l'auteur était "victime d'un appel au meurtre lancé par un salafiste, un de ces sinistres charlatans qui sévissent en toute impunité sur la toile, à la télévision et dans les mosquées".

Barzakh avait également qualifié l'appel au meurtre lancé contre Daoud de fait "d'une gravité sans nom. Nous sommes totalement solidaire avec lui" indique la maison d'édition, qui estimait que "Kamel Daoud a besoin de soutien moral et d'assistance juridique".

Au-delà de l'affaire qui oppose l'écrivain Kamel Daoud au salafiste Abdelfetah Hamadache, la justice algérienne st appelé aujourd'hui à rassurer les citoyens quand à sa capacité à les protéger de toutes les dérives.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.