ALGÉRIE
24/10/2018 10h:08 CET

Hadjar signe à Tunis le programme pilote de mobilité étudiante et enseignante

Le programme donnera, en outre, une meilleure visibilité à cette mobilité et permettra la mobilisation d’opportunités de financement au niveau régional.

DR
Tahar Hadjar

La visite effectuée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar à Tunis, a été couronnée par la signature, mardi, du programme pilote de mobilité étudiante et enseignante portant le nom de “Ibn Rachiq”, et de quatre (4) procès verbaux (PV) relatifs notamment à la recherche scientifique, le développement et l’innovation technologiques et la création d’écoles doctorales entre les deux pays. 

Ce programme pilote est “un saut qualitatif supplémentaire” encourageant la coopération entre les deux pays dans le domaine de l’enseignement  supérieur et de recherche scientifique et permettra de combler le vide juridique qui entrave cette mobilité, et de mettre en place des outils et mécanismes flexibles et efficaces susceptibles de stimuler la mobilité des doctorants, a indiqué un communiqué du ministère.

Le programme donnera, en outre, une meilleure visibilité à cette mobilité et permettra la mobilisation d’opportunités de financement au niveau régional afin de garantir un meilleur positionnement des établissements des deux pays dans la réponse aux  programmes européens, de l’organisation islamique et de l’union africaine dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Cette visite a été, également, sanctionnée par la signature de quatre (4) PV relatifs à “la recherche scientifique, le développement technologique et l’innovation, la coopération entre la conférence nationale des universités algériennes et son homologue tunisienne, outre la coopération pédagogique à travers l’établissement de partenariats et de programmes de diplômes communs, et la création d’écoles doctorales entre les deux pays”, selon le communiqué.

Les deux parties se sont accordés également sur l’identification des mécanismes appropriés pour l’élaboration de projets de recherche unifiés et structurants ayant une valeur ajoutée dans le domaine de la recherche scientifique en associant le secteur socio-économique, particulièrement dans les domaines se rapportant aux ressources en eau, l’agriculture, l’économie et la gestion intégrée des eaux, le développement durable, les énergies renouvelables et l’électronique.