TUNISIE
05/10/2018 08h:17 CET

Guide du quartier Embajadores de Madrid, "le plus sympa du monde" selon Time Out

Petit guide de visite du quartier préféré du magazine: où se restaurer, faire son shopping, etc.

Alberto Manuel Urosa Toledano via Getty Images

VOYAGE - Le contraste entre la journée – et les fleurs de la place Tirso de Molina – et la vie nocturne, avec ses files d’attente aux portes du Medias Puri. L’activité culturelle des centres tels que la Casa Encendida ou la Tabacalera, l’ambiance du Rastro, la diversité gastronomique internationale, les arts de rue et le style arts déco du Teatro Kamikaze... Ces différentes facettes du quartier Emabajadores, à Madrid, ont attiré le prestigieux magazine Time Out, une référence pour les loisirs et la culture, qui l’a élu quartier le plus sympa du monde en 2018.

Embajadores est l’un des quartiers de la ville. Il s’étend de la rue Toledo à l’ouest à la rue Atocha à l’est et au nord, et à la Ronda de Valencia au sud. La diversité qui règne dans ce lieu emblématique, où plus de 40% de la population est étrangère selon le recensement de 2017, est telle que l’image tendance se superpose à celle de la délinquance. Cela fait des années que la réputation de quartier dangereux lui colle à la peau, et l’imprimatur du magazine pourrait lui permettre de s’en débarrasser, bien qu’il ne fasse pas l’unanimité parmi les commerçants. 

Le HuffPost espagnol a donc concocté pour vous un guide des lieux de restauration, de shopping et de visites afin que le quartier le plus sympa au monde n’ait plus de secrets pour vous.

Pour ne pas se perdre

 

L’ancienne bibliothèque de las Escuelas Pías. On peut lire et étudier dans un lieu saint. Cette bibliothèque se trouve dans l’ancienne église de las Escuelas Pías, construite par l’architecte de l’ordre Gabriel Escribano entre 1763 et 1791 et réhabilitée dans les années 1990 après avoir été ravagée par le feu pendant la Guerre civile (1936-1939). Juste à côté, adossée au Marché San Fernando, trône la ruine de l’église de l’école, un des monuments les plus visibles du quartier.

 
Jeff Greenberg via Getty Images
Miguel Palacios via Getty Images
 

El Rastro. Visitez ce marché en plein air, vieux de plus de 400 ans, un dimanche ou un jour férié. Vous y dénicherez des objets de collection, des animaux, de l’artisanat ou des livres anciens. Il est divisé en zones spécialisées: la rue Fray Ceferino González était dédiée à la vente d’animaux, la rue San Cayetano est celle des peintres, avec ses tableaux et tout le matériel dont vous avez besoin, tandis que les vendeurs de jeux de cartes, de timbres et de cartes de collection se retrouvent dans la zone de la Rodas et la place du General Vara del Rey.

Ceci est une place. En se promenant dans la rue Doctor Fourquet, impossible de manquer la peinture murale très colorée qui représente des pieds d’enfants de différentes cultures, accompagnés du slogan: Esto es una plaza (“Ceci est une place”). Entrez et vous découvrirez bien plus qu’une simple place: un jardin urbain avec un terrain de jeux pour enfants, géré par les habitants du quartier comme un espace non fumeur où les enfants peuvent jouer au contact de la nature, au cœur de la ville.

Pour les petites faims

Alberto Manuel Urosa Toledano via Getty Images

 

Le marché Antón Martín. Situé près de la gare d’Atocha, on peut y déguster les meilleurs produits frais de la capitale. Les étals de boucherie et de fruits et légumes se mêlent aux petits stands de restauration internationaux, et il y a même une école de flamenco à l’étage. Les délices de cuisine colombienne, mexicaine ou japonaise qu’on y trouve sont très prisés.

Le Baobab. Proche de la place Nelson Mandela, c’est l’un des meilleurs restaurants sénégalais de la capitale. On y sert les plats africains les plus savoureux, à base de riz, de viande et de poissons marinés pour la plupart, accompagnés de sauces aux fruits secs. Ne manquez pas le Thiebou Yapp, un riz sénégalais agrémenté de viande bien juteuse et de légumes.

Le Juan Raro. À mi-chemin entre bar, restaurant, auberge et cafétéria. On s’y rend à toute heure pour y trouver un peu de tout. Ce lieu de restauration ”éclectique”, comme les gérants le définissent, propose des plats entre tradition et modernité avec des produits de qualité, dans un décor recherché. Il exprime par ailleurs la quintessence culturelle du quartier avec des spectacles et des expositions temporaires. 

 

Le Distrito Vegano. Ce restaurant propose des spécialités grecques, colombiennes, mexicaines et espagnoles. Les hamburgers côtoient les saucisses et les quesadillas, le tout 100% végan.

La Sala Equis. Cet ancien cinéma érotique, situé près de la place Tirso de Molina, est à la fois un bar à tapas et un snack, un débit de boissons et un cinéma. On peut prendre un verre au bar du rez-de-chaussée, l’étage est idéal pour un cocktail et l’entresol cache un cinéma où on peut entrer avec ses consommations. L’érotisme a depuis longtemps cédé la place aux films cultes et au cinéma d’auteur.

Pour faire du shopping 

Kling. Le siège social de cette enseigne alternative qui nous vient d’Argentine se trouve ici. Elle possède deux boutiques dans le quartier, une à côté de la Sala Equis, et l’autre, sur la place Lavapiés. Outre les vêtements, les échoppes ont un look années 1980, avec une décoration colorée et burlesque.

 

Bajo el volcán. Les fans de musique et de livres y trouveront leur bonheur. Cette boutique de Lavapiés compte deux étages remplis de livres, de disques et de magazines. Les rayons comptent plus de 10 000 vinyles de tous les styles et toutes les époques, et un bac pour les articles d’occasion.

 

La tiendina. La petite boutique de Lavapiés qui vend des accessoires introuvables ailleurs et des vêtements cousus main. La plupart sont fabriqués à partir de matières naturelles, et accessibles à toutes les bourses.

 

Wanderer. Cette boutique de mode durable saura se montrer digne de votre visite. Elle vend des accessoires résolument urbains et des vêtements fabriqués à partir de nouvelles techniques de confection, par des créateurs modernes et innovants. De plus, vous pourrez admirer l’atelier, visible de tous.

Pour les loisirs et la culture

 

 

Du théâtre pour tous les goûts. Si une chose ne manque pas dans le quartier Embajadores, ce sont bien les théâtres, petits ou grands. Dans la seconde catégorie, le Teatro Apolo joue des comédies musicales, des productions nationales et des concerts. Au Teatro Valle-Inclán, on présente des œuvres du Centre national d’art dramatique.

 

Le Teatro Kamikaze. Un peu moins grand, c’est un espace culturel primé qui a reçu le prix national du théâtre en 2017. Au programme: débats et ateliers, réunions et bien sûr, représentations théâtrales. On peut passer l’après-midi dans sa célèbre cafétéria ou s’y retrouver avant le spectacle. Parmi les autres théâtres alternatifs, citons la Cuarta Pared ou la Escalera de Jacob, où l’on peut prendre des cours d’interprétation et assister à des spectacles de magie.

Sergio Perez / Reuters

 

L’art dans toute sa splendeur et à portée de main. Avec leurs innombrables peintures murales et graffitis, les rues d’Embajadores sont de véritables œuvres d’art. Les espaces culturels offrent également des expos d’art contemporain. Du très médiatique musée Reina Sofía, principal centre d’art contemporain en Espagne, qui rassemble des tableaux de Picasso, Dalí ou Miró, on passe aux galeries d’un rayonnement certes moins important de la rue Doctor Fourquet, comme la célèbre galerie Helga de Alvear, la doyenne du quartier, la Casa Sin Fin ou l’Alegría, gérées par de jeunes entrepreneurs.

 

Autres lieux de culture. La Casa Encendida et la Tabacalera proposent des activités supplémentaires, comme des concerts, des récitals de poésie, des expositions ou des marchés artisanaux. On peut également y boire un verre.

Tous les styles de musique. Dans la plupart des rues, vous trouverez un endroit pour écouter de la musique, que ce soit des auteurs-interprètes, des groupes de rock ou des danseurs de flamenco. Le Calvario est un lieu qui donne des récitals de poésie et de chanson. Chaque lundi a lieu une jam-session où chacun peut participer. Et n’oublions pas Bodegas Lo Máximo, pour les amateurs de boléros!

Au Casa Patas, le flamenco est des plus traditionnels, avec une école et salle de spectacle où on peut aussi dîner.

Le quartier du septième art. En plus de la Sala Equis évoquée ci-dessus, les amoureux des salles obscures pourront jeter un œil au programme de la  Filmoteca ou au mythique Cines Doré, sur Antón Martín, où l’on peut voir des films cultes et du cinéma d’auteur, et dont les salles brillent autant par leur programmation que par leur architecture.

Cet article, publié à l’origine sur le HuffPost espagnol, a été traduit par Anne-Laure Martin pour Fast for Word.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.