MAROC
10/12/2018 17h:52 CET | Actualisé 10/12/2018 17h:53 CET

Gucci et GQ explorent les sons du Maroc avec l'artiste de musique électro Jacques Auberger

Un verre de thé, une porte qui s’ouvre, un dromadaire qui mâche...

Gucci

CULTURE -  La maison Gucci a dévoilé le nouvel épisode de sa série “The Performers”, en collaboration avec le magazine GQ, et comme d’habitude le résultat est puissant. Réalisée au Maroc à quelque kilomètres de Taghazout, la vidéo baptisée “Act 10” met à l’écran le compositeur français de musique techno au style original Jacques Auberger, dans une vidéo psychédélique explorant la richesse des sons du quotidien.

Pour son dixième épisode, la série réalisée par Cloé Bailly pour la maison de mode Gucci et la bible de la mode masculine, GQ, dans son édition britannique prend la direction de Taghazout, non loin d’Agadir, où Jacques Auberger s’est construit un studio éphémère lui permettant d’expérimenter et de contempler le monde. La vidéo de près de 4 minutes met en lumière la capacité de l’artiste de 26 ans à capturer les bruits auxquels nous ne faisons pas attention pour démontrer la futilité de “Parler pour ne rien dire”.

À la place, il explore les sons du Maroc pour donner naissance à une mélodie envoûtante et universelle, qui montre à quel point la parole est parfois inutile. Un verre de thé, versé sur un plateau en métal, une porte qui s’ouvre, un dromadaire qui mâche, le pli d’une feuille de papier... L’artiste enregistre une myriade de sons et les diffuse en boucle lors de ses performances. Une façon originale pour la maison au double G de mettre en avant sa collection masculine avec style, dans une vidéo où l’art et la mode fusionnent pour ne faire qu’un.

“J’aime l’idée que tous les bruits ont la capacité de créer une mélodie dès lors qu’ils sont produits dans un contexte musical”, explique le compositeur français sur le site de la maison italienne. “Cela me rappelle que dans ce monde, il existe une place pour tout un chacun. C’est cette idée que je souhaite transmettre à travers ma musique aux gens, à ceux qui n’ont peut-être pas conscience de cela”, ajoute-t-il.

“Je compose de la musique dans le but de partager des idées, de rencontrer des gens, de voyager à travers le monde, de gagner ma vie et de m’amuser. La musique, ce n’est pas la chose la plus importante à mes yeux. Penser que la musique a son importance ne m’amène pas à composer de bonnes mélodies”, conclut-il.