ALGÉRIE
14/11/2015 08h:01 CET | Actualisé 14/11/2015 08h:01 CET

Le groupe Etat Islamique revendique les attentats de Paris

ASSOCIATED PRESS
Flowers are placed outside the Bataclan concert hall, Saturday, Nov. 14, 2015 in Paris. French President Francois Hollande said more than 120 people died Friday night in shootings at Paris cafes, suicide bombings near France's national stadium and a hostage-taking slaughter inside a concert hall. (AP Photo/Christophe Ena)

Le groupe terroriste Daech a revendiqué samedi 14 novembre les attentats à Paris, qui ont fait au moins 128 morts, dans un communiqué publié sur internet, rapporte aujourd'hui l'agence AFP.

"Huit frères portant des ceintures explosives et armés de fusils d'assaut ont visé des sites choisis soigneusement au coeur de Paris", indique le document.

La France était samedi en état de choc, au lendemain des attentats les plus meurtriers de son histoire. État d'urgence, écoles fermées, manifestations interdites. Un "acte de guerre" selon les termes de son président Hollande, attribué par les autorités au groupe jihadiste Daech.

Huit assaillants sont morts, dont sept en se faisant exploser, un mode opératoire inédit en France, dans cette série d'attaques perpétrées à Paris dans la salle de concerts du Bataclan, dans plusieurs rues du cœur de la capitale et près du Stade de France à Saint-Denis, au nord de Paris.

"C'est un acte de guerre commis par une armée terroriste, Daech", le groupe État islamique, un acte "préparé, organisé, planifié de l'extérieur et avec des complicités intérieures", a déclaré samedi François Hollande depuis l’Élysée, sans donner d'éléments démontrant la responsabilité du groupe EI dans les attentats.

"La France sera impitoyable à l'égard des barbares de Daech", a promis le président, qui a lancé un appel à "l'unité", au "rassemblement" et au "sang-froid".

François Hollande a décrété un deuil national de trois jours et annoncé qu'il s'exprimerait devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles lundi.

Des premiers témoignages de survivants font état d'assaillants ayant crié "Allah Akbar" ou ayant évoqué l'intervention de la France en Syrie. La France participe depuis plus de deux ans à la coalition anti-État islamique en Irak et mène des frappes en Syrie depuis octobre.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.