MAROC
24/12/2015 08h:59 CET | Actualisé 24/12/2015 08h:59 CET

325 personnes graciées par le roi à l'occasion de la fête du Mawlid

Abdeljalil Bounhar/AP
Morocco's King Mohammed VI waves to the crowd as he stands in a limousine during a ceremony of allegiance, at the king's palace in Rabat, Morocco, Thursday July 31, 2014, as part of the ceremonies marking the 15th anniversary of his accession to the throne. (AP Photo/Abdeljalil Bounhar)

GRÂCE ROYALE - 325 personnes, dont certains sont en détention et d’autres en liberté, ont bénéficié de la grâce royale à l’occasion de la fête du Mawlid, annonce un communiqué du ministère de la Justice et des libertés.

Dans le détail, 231 détenus ont obtenu une remise de la peine d’emprisonnement ou de réclusion et trois condamnés initialement à la peine perpétuelle se sont vu accorder "une commutation en peine à temps".

LIRE AUSSI:Un rapport de l'Observatoire national des prisons fait état d'un surpeuplement carcéral

Du côté des 91 condamnés en état de liberté, 25 personnes ont bénéficié d'une "grâce sur la peine d'emprisonnement ou son reliquat", trois condamnés ont été graciés de la peine d'emprisonnement mais devront toujours payer leurs amendes, deux personnes ne seront plus tenus de purger leur peine de prison ni de payer leurs amendes et 61 ont été débarrassés de leurs amendes.

Des prisons surpeuplées ?

La population carcérale est estimée à 74,941 (fin 2014) selon l'Observatoire national des prisons (ONP). Entre 2009 et 2014, les prisons marocaines ont abrité 13.378 nouveaux détenus répartis dans 77 centres de détention du royaume.

L'ONP explique ce "surpeuplement" par le recours des autorités à la détention préventive comme moyen d'endiguement de la criminalité. En décembre 2014, les prisonniers en détention préventive formaient 42,5% de l'ensemble des prisonniers marocains. Une situation qui a provoqué la congestion de plusieurs centres de détention. La prison d'Oukacha, à titre d'exemple, abrite 8.000 détenus pour une capacité de 5.800 places.

Galerie photo SOS hôpitaux marocains en détresse Voyez les images