MAROC
26/11/2015 14h:28 CET | Actualisé 26/11/2015 17h:13 CET

Le gouvernement discute la réorganisation du théâtre national Mohammed V

TNMV
Le théâtre national Mohammed V ouvre son conseil d'administration aux privés

ÉQUIPEMENT CULTUREL - Théâtre dans le théâtre! Le Conseil de gouvernement a approuvé jeudi 26 novembre le projet de loi 51-15 visant à réorganiser le Théâtre national Mohammed V (TNMV). Parmi les principales nouveautés apportées par ce texte porté par le ministre de la Culture Mohamed Sbihi, l'introduction de sociétés privées dans le conseil d'administration de cet établissement public.

"Il est prévu d'accueillir des partenaires privés qui agissent dans le domaine artistique, qu’il s’agisse de maisons de production ou de diffusion de produits artistiques en tous genres", explique le ministre de la Culture, joint par le HuffPost Maroc. Ces sociétés privées pourront ainsi apporter leur expertise et leur vision au sein de cette institution culturelle qui oeuvre depuis 1962.

Le théâtre est placé depuis 1973 sous l’autorité administrative du ministère de la Culture avec une autonomie morale et financière. Son conseil d’administration était jusque-là constitué de représentants du ministère de la Culture mais également de départements comme la Communication, le Tourisme ou encore les Affaires étrangères. La nouvelle loi définit les attributions de chacune de ses institutions et établit "un plan précis définissant les procédures et les modes de conclusion des marchés".

Revoir les textes de loi organisant le théâtre devenait urgent d'après Mohamed Amine Sbihi, compte tenu de "l’évolution du champ artistique et culturel national et de la nouvelle organisation des établissements publics".

L’établissement censé se cantonner à la production théâtrale selon le Dahir de 1973, est depuis fort longtemps ouvert à tous les champs artistiques qu’il s’agisse de musique, d’art chorégraphique ou de cinéma.

Selon le ministre de la culture, le TNMV est "une locomotive et un établissement référence pour les 120 théâtres que compte le royaume. Il participe ainsi à la formation de techniciens sons et à la programmation de ces salles de spectacles".

La loi comporte également un autre volet qui consiste à faire jouer au TNMV un rôle de sauvegarde et d’archivage du patrimoine théâtral national pour le mettre à disposition du public et des chercheurs intéressés par le domaine.

"Le projet de loi s’inscrit dans le programme "Rabat, ville lumière, capitale culturelle du Maroc" (lancé par le roi Mohammed VI en mai 2014, ndlr)", a indiqué le Porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi. La capitale marocaine, qui a inauguré son premier musée dédié à l’art moderne et contemporain, devrait bientôt accueillir un important musée d’archéologie et des sciences de la terre.

Le ministère de la Culture avait lancé en juillet dernier, un appel à concurrence destiné aux opérateurs privés pour "l’exploitation des services de gestion économique et d’animation culturelle" de trois sites historiques à Marrakech. Les sites culturels concernés sont le Palais Bahia, le Palais Badiâ et les Tombeaux saadiens de Marrakech.

Galerie photo 18 sites historiques marocains à visiter absolument Voyez les images