ALGÉRIE
03/11/2015 01h:28 CET | Actualisé 03/11/2015 01h:31 CET

Journalistes français tués au Mali: Paris promet la levée du secret-défense "d'ici la fin de l'année"

afp
Des journalistes maliens manifestent en hommage à Ghislaine Dupont et Claude Verlon de RFI, tués à Kidal, ici le 4 novembre 2013, à Bamako

Deux ans après l'assassinat de deux journalistes de RFI au Mali, le gouvernement français a promis de "tout faire" pour lever avant la fin décembre le secret-défense qui pèse sur certaines pièces du dossier.

Alors que les proches de Ghislaine Dupont et Claude Verlon s'impatientent de connaître la vérité sur les circonstances du drame, le ministère de la Défense a déclaré à l'AFP "tout faire pour que les documents soient réunis et déclassifiés d'ici la fin de l'année".

Les deux Français ont été tués le 2 novembre 2013 lors d'un reportage à Kidal, au nord-est du Mali, peu après avoir été enlevés par un petit groupe d'hommes armés.

Un des leaders d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, qui avait revendiqué leur assassinat, a été tué en mai par les forces spéciales françaises, avait annoncé Paris lors de ce raid. Malgré sa mort, l'enquête judiciaire, ouverte au printemps 2014, se poursuit et un juge a demandé il y a plusieurs mois la levée du secret-défense pour comprendre l'enchaînement des faits.

Un "processus technocratique"

Selon les familles, le président François Hollande, qui les a reçues le 24 juillet, avait alors promis que cette levée interviendrait rapidement. Il leur avait aussi assuré qu'elles "sauraient tout ce qui s'est passé, minute par minute". Mais à ce jour, rien n'est encore débloqué, ont-elles déploré lundi lors d'un point de presse.

"Malgré la promesse que nous a faite François Hollande en juillet, nous attendons toujours la levée du secret défense. Nous menons un combat pour la vérité", a lancé la mère de Ghislaine Dupont, Marie-Solange Poinsot.

"On nous a dit que la procédure suit son cours ordinaire. Je demande qu'elle soit extraordinaire", a ajouté Marie-Christine Saragosse, PDG de France Médias Monde qui supervise Radio France Internationale (RFI) et la chaîne d'informations France 24.

La levée du secret défense "est un processus technocratique, les remontées d'informations prennent du temps", a avancé le ministère de la Défense pour justifier les délais.

Selon cette source, il faut notamment vérifier que les informations divulguées ne mettent pas en danger des informateurs, des personnels français sur le terrain et ne proviennent pas de services de pays étrangers. Le 2 novembre, date de la mort des deux journalistes, a été décrétée "Journée internationale de la fin de l'impunité des crimes commis contre des journalistes" par l'Unesco.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.