TUNISIE
29/07/2018 12h:20 CET | Actualisé 29/07/2018 12h:35 CET

Ghar El Melh: Les estivants protestent contre l’occupation abusive de la plage

Si vous avez prévu de passer la journée à Ghar el Melh, changez de direction, les routes sont bloquées.

FETHI BELAID via Getty Images

Vous avez prévu de passer ce dimanche ensoleillé à la plage de Ghar el Melh ou de Sidi Ali el Mekki? Vous ferez mieux de changer de direction. Les routes sont bloquées, et pour cause, un sit-in est organisé par des estivants et des habitants de la région qui se plaignent de l’occupation abusive du domaine maritime par des plagistes qui leur imposent des tarifs exorbitants, notamment, pour la location de parasols, selon des témoignages recueillis sur place par l’agence TAP.

Les alertes ont déjà commencé sur les réseaux sociaux:

CAPTURE DECRAN
CAPTURE DECRAN

Les manifestants appellent les autorités régionales à intervenir pour mettre fin à ce fléau.

En visite, samedi, à Ghar El Melh, accompagné du directeur général des frontières à la Garde nationale, Saber Khelifi, le gouverneur de Bizerte, Mohamed Gouider, a souligné la détermination à appliquer la loi contre tous contrevenants. Il a insisté sur la volonté de promouvoir l’investissement dans le tourisme, tout en veillant à l’intégrité du domaine public.

Cette visite a été précédée d’une réunion de travail tenue la veille, au siège du gouvernorat, au cours de laquelle il a été décidé d’ôter les parasols installés à moins de 10 mètres de la mer et de retirer les autorisations de raccordement à l’eau et à l’électricité, dans les zones maritimes.

Les services municipaux sont appelés à mettre en application ces décisions, à partir de lundi, 30 juillet 2018, avec le recours aux forces de l’ordre si nécessaire, est-il précisé dans le procès verbal de la réunion.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.