ALGÉRIE
23/03/2018 13h:21 CET

Gaza: une usine de désalinisation pour étancher la soif de 2 millions de personnes

Ce projet phare de l’UpM, approuvé dès juin 2011, doterait à terme la bande de Gaza d'une usine de dessalement à grande échelle

Econostrum
Lancement du projet de dessalinisation de l'eau à Gaza

Gaza va pouvoir étancher sa soif.  La Commission européenne et le gouvernement palestinien, en partenariat avec l’Union pour la Méditerranée (UpM), ont réussi à mobiliser des donateurs internationaux pour concrétiser le projet de construction du plus grand projet d’infrastructure de la bande de Gaza : une usine de dessalement pour 2 millions de personnes, là où 97% de l’eau n’est pas potable en raison du pompage excessif de l’aquifère côtier.

Ce sont plus de 456 millions d’euro qui ont été récoltés - 80 % du coût total estimé à 562,3 millions d’euro - qui ont été récoltés à Bruxelles le 20 mars 2018 lors d’une conférence internationale de bailleurs de fonds.

 

L’accès à l’eau douce dans la bande de Gaza est parmi les plus faibles au monde, alors qu’il s’agit de l’un des endroits les plus densément peuplés de la planète. Actuellement, deux millions de Palestiniens à Gaza comptent presque exclusivement sur l’aquifère côtier comme seule source d’eau douce dans la région, alors que celui-ci ne répond pas convenablement à la demande en termes à la fois de quantité et de qualité. Seulement 3 % de l’eau pompée dans l’aquifère, et consommée par une population de plus en plus nombreuse, respecte les normes de qualité de l’eau potable fixées par l’Organisation mondiale de la Santé.

 

Ce projet phare de l’UpM, approuvé dès juin 2011, doterait à terme la bande de Gaza d'une usine de dessalement à grande échelle et de ses infrastructures d'approvisionnement en eau associées.

 

Ce projet d’envergure sera, ainsi, la plus grande infrastructure jamais construite dans la bande de Gaza. Il est constitué de trois projets intégrés : la construction d’une usine de dessalement par osmose inverse (SWRO) de 55 millions de mètres cubes, d’un système de transport Nord-Sud, d’un projet de réduction de l’eau non facturée ainsi qu’une centrale solaire associée.

Les étapes cruciales dans toutes les phases préparatoires ayant été franchies, le projet est désormais prêt pour sa mise en œuvre. Ces étapes concernent notamment la gouvernance, la réalisation des études de faisabilité exigées, les solutions à l’approvisionnement énergétique et le dispositif de financement pour les contributions de bailleurs de fonds.

Le succès de la conférence ouvre la voie au lancement de la phase de conception et de construction. La BEI lancera la procédure d'appel d'offres dès le 15 avril 2018 pour une mise en service prévue en 2022.

Cette usine laisse entrevoir un immense espoir pour les habitants d l’enclave soumis à un embargo inhumain rendant la vie de plus en plus impossible aux deux millions d’habitants qui la peuplent.

Les gazaouis ne perdent pas de vue cependant le devenir de leur aéroport. Un rêve ruiné en si peu de temps.  Ouvert en décembre 1998, alors que tous les espoirs de paix semblaient permis au Proche-Orient, il finira détruit par une série de raids israéliens.

Financée par l'Égypte, le Japon, l’Arabie Saoudite, l’Espagne et l’Allemagne, l'aéroport a été dessiné par des architectes marocains qui se sont inspirés de l’aéroport Mohamed V de Casablanca avec lequel il était jumelé. Il avait couté 86 millions de dollars et n’aura servi que deux petites années.

Loading...