MAROC
27/08/2018 12h:55 CET | Actualisé 27/08/2018 18h:05 CET

Garde à vue prolongée pour Saad Lamjarred

Le chanteur est à nouveau soupçonné de viol.

AFP

VIOL - Plus de 24 heures après son arrestation pour viol présumé à Saint-Tropez, la garde à vue de Saad Lamjarred a été prolongée de 24 heures, informe l’AFP, citant le parquet de Draguignan.

Le parquet évoque “une affaire complexe” qui s’est déroulée “dans le cadre de rencontres dans des établissements de nuit”. Le parquet affirme par ailleursà l’AFP faire face à “deux versions diamétralement opposées (qui) s’entrechoquent”, nécessitant “la poursuite des investigations et l’audition de tout témoin utile”.

Le chanteur marocain Saad Lamjarred a été arrêté dimanche 26 août, dans la matinée, a appris l’agence de presse française auprès du parquet de Draguignan, ville à proximité de Saint-Tropez.

Une enquête en flagrance

Selon la même source, les faits se sont déroulés “dans un établissement de Saint-Tropez dans la nuit de samedi à dimanche”. “Une enquête en flagrance a été diligentée à la suite de la plainte d’une femme pour “faits caractérisés de viol”, précise l’AFP.

Un nouveau cas qui s’ajoute à la désormais fameuse “affaire Laura Prioul”. En octobre 2016, le chanteur avait été mis en examen et écroué à Paris pour son implication présumée dans une affaire d’“agression sexuelle et violence” sur la personne de Laura Prioul, jeune Française âgée de 20 ans au moment des faits. 

Il ne s’agissait pas là d’une première, le chanteur ayant déjà fait l’objet de tels chefs d’accusation par le passé. En 2010, il avait été accusé par une Américaine de l’avoir agressée physiquement et sexuellement. La plaignante l’accusait également d’avoir fui les Etats-Unis vers le Maroc afin d’échapper à la justice.

En attendant son procès, sa récente reprise d’activités

Après avoir passé plusieurs mois dans la prison de Fleury-Merogis, le chanteur, dont la défense est assurée par le ténor du barreau Eric Dupond-Moretti, a été remis en liberté en avril 2017, d’abord sous surveillance électronique, avant de se voir retirer son bracelet en octobre de la même année.

Saad Lamjarred, malgré sa mise en examen, a depuis repris ses activités en sortant plusieurs clips, dont il a assuré pour certains d’entre eux leur promotion au Maroc. La vedette poursuivie en justice s’est par ailleurs lancée dans le chant religieux, avec le titre “Ya Allah”, diffusé pendant la période du ramadan.

Son dernier titre “Casablanca”, visionné plus de 53 millions de fois sur Youtube, a été largement diffusé sur les radios et a été promu sur les réseaux sociaux par de nombreuses célébrités marocaines. 

Plus récemment, Saad Lamjarred a figuré, en compagnie d’une flopée d’autres artistes, dans une création musicale de 5 minutes intitulée #HappyBirthdaySidna (“Bon anniversaire notre roi”), signée RedOne, à l’occasion de la fête de la jeunesse au Maroc qui correspond au 55e anniversaire du roi Mohammed V. 

Un comeback qui a cependant été souvent critiqué par les féministes et défenseurs des droits des victimes d’agressions sexuelles, jugeant que le retour triomphant du chanteur était un symbole de la culture d’impunité autour du viol au Maroc.