ALGÉRIE
18/09/2019 13h:29 CET | Actualisé 18/09/2019 14h:08 CET

Gaid Salah affiche sa satisfaction: "nous avons fait échec aux plans de la bande"

Huffpost MG
Gaid Salah

En visite à Tamanrasset, dans la 6e Région militaire, le chef d’Etat-major, Ahmed Gaid Salah, ffiche sa satisfaction. Il a affirmé que le Haut commandement de l’armée a “révélé un complot, qui a éclos dans le secret contre l’Algérie et son peuple, dont le réseau et les intentions ont été découverts à temps”.

Le vice-ministre de la Défense a rajouté que le “Haut commandement de l’armée a adopté depuis le début de la crise un discours honnête et clair, découlant du principe de nationalisme dans sa globalité”. Il a rajouté que l’Etat-major “a veillé à transmettre ses positions fixes à l’opinion publique”. 

“Nous avons établi une stratégie vigoureuse qui a été appliqué sur plusieurs étapes, selon les prérogatives que nous accordent la Constitution et les lois républicaines”, peut-on lire.

Gaid Salah a rajouté que “ce complot dangereux qui visait à détruire le pays a été contrecarré”, avant de saluer le commandement de l’armée “qui a décidé de faire échouer les plans sordides de la bande”. 

“Nous nous sommes engagés devant Dieu et le pays à accompagner le peuple et les institutions de l’Etat et nous avons tenu nos promesses”, a-t-il conclu.

Ce discours intervient deux jours après la convocation, par le chef de l’Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, du corps électoral pour le 12 décembre 2019. Une date “suggérée” par Gaid Salah deux semaines auparavant.

Un passage en force qui se traduit par la célérité avec laquelle deux projets de lois relatifs aux élections ont été adoptés tandis qu’une autorité de contrôle des élections a été mise sur pied.

Le passage en force se traduit également par les interpellations puis l’emprisonnement, de manifestants durant les marches, ou de militants contre le pouvoir.

Discours intégral:

«Je voudrais, de prime abord, indiquer que nous savions, dès le début de la crise, qu’un complot se tramait en secret contre l’Algérie et son peuple, nous avons dévoilé ses tenants et aboutissants au bon moment, de même que nous avons élaboré une stratégie efficiente exécutée par étapes, conformément à ce que nous permettent la Constitution et les lois de la République.

 

Nous avons fait face à ce dangereux complot qui visait à détruire notre pays, et le Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire a décidé, de par sa responsabilité historique, de faire face à la bande et avorter ses desseins abjects.

Nous nous sommes engagés devant Allah et la patrie, d’accompagner le peuple et les institutions de l’Etat et nous avons tenu parole. Nous avons adopté, en nous adressant aux fidèles citoyens de cette chère patrie, un discours clair et franc, tel que nous l’a appris notre glorieuse Révolution de Libération.

Tous nos discours émanent du principe du patriotisme, dans son concept global, et sont imprégnés de constance dans la sincérité de l’orientation que le Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire n’a eu de cesse d’exprimer à l’opinion publique nationale, tout particulièrement, à chaque fois que l’occasion se présente. Le peuple s’est, ainsi, rallié à son armée tel un seul homme.

Cette position, marquée par la communion, la solidarité et la compréhension commune de ce qui se passe dans le pays, restera gravée dans l’histoire. Nous remercions Allah, nous avons préservé ensemble les institutions de l’Etat et sauvegardé leur bon fonctionnement. Ces institutions qui ont pu réaliser, en un laps de temps, des résultats notables, qui ont contribué à rassurer le peuple et à instaurer un climat de confiance mutuelle».

«Il est évident que ce qui rassure le plus le peuple algérien, est qu’il ressente que son pays se dirige avec force et constance vers un avenir meilleur aux perspectives claires, qui sera bâti pierre par pierre.

Il n’y a aucun doute que l’une des pierres solides avec laquelle sera bâti ce rempart démocratique escompté, consiste en ce riche bilan issu de la tenue du Conseil des Ministres, en date du 09 septembre 2019, sous la présidence du Chef de l’État Monsieur Abdelkader Bensalah, lequel a examiné les textes des deux lois portant création de l’Autorité Nationale Indépendante des Elections et modification de la loi organique relative au régime électoral, avant leur présentation devant les deux Chambres du Parlement et leur approbation à l’unanimité, ensuite devant le Conseil Constitutionnel, et leur promulgation par Monsieur le Chef de l’Etat et publication au Journal Officiel, ceci outre sa convocation du corps électoral lors de son dernier discours adressé à la Nation, où il a conféré à cette démarche l’élan requis, notamment en donnant des instructions à l’ensemble des institutions de l’Etat à l’effet d’accompagner l’Autorité Nationale Indépendante des Elections, et de réunir tous les moyens logistiques nécessaires au bon accomplissement de ses missions.

 

Le Chef de l’Etat a appelé, à cette occasion, l’ensemble des citoyens, les partis politiques et la société civile à une forte mobilisation pour la réussite de ce scrutin, qui permettra à notre peuple d’élire un nouveau Président qui remplit toutes les conditions de légitimité ; un Président qui se chargera de présider à la destinée du pays et traduire les attentes du peuple.

Ce sont là des signes extrêmement forts quant à la capacité des institutions de l’Etat, à leur tête l’Armée Nationale Populaire qui s’est engagée à réunir tous les facteurs de quiétude et de sécurité auxquels le peuple algérien aspire. La convocation du corps électoral en date du 15 septembre courant détermine, comme chacun le sait, et de manière formelle et catégorique, la date de cette importante échéance électorale, soit le jeudi 12 décembre 2019.

Nous savons pertinemment que le peuple algérien a reçu avec satisfaction cette démarche, qui représente pour lui une grande opportunité pour transcender cette phase charnière et construire son avenir prometteur en toute liberté et conscience. »

« Nous soulignons que toutes les conditions propices à la tenue de cette échéance électorale, dans un climat de confiance et de transparence ont été réunies, à travers la mise en place de cette Autorité Nationale, l’élection de son président et son installation avec ses cinquante membres, qui comptent parmi les compétences nationales connues pour leur intégrité et leur loyauté.

Comme je tiens à féliciter Monsieur Mohamed Charfi qui a été plébiscité en tant que président de cette Autorité Nationale Indépendante, et à lui souhaiter ainsi qu’à tous les membres toute la réussite et le succès dans les missions sensibles qui leurs sont assignées.

Cette Autorité jouit, pour la première fois, de toutes les prérogatives pour organiser le processus électoral du début à la fin, et nous affirmons que l’Armée Nationale Populaire l’accompagnera. Il n’ y a pas lieu, pour quiconque, de chercher des faux prétextes pour remettre en cause l’intégrité du processus électoral ou l’entraver.

En effet, ces deux lois qui ont été approuvées, auront un rôle central dans l’organisation du processus électoral et sa réussite, conformément aux revendications populaires. Ces lois feront ainsi office de voies éclairées, qui mèneront vers la réussite escomptée dans ce domaine».

«Dans cette optique, nous avons constaté sur le terrain que certaines parties, parmi les relais de la bande, aux intentions malveillantes, font de la liberté de déplacement un prétexte, pour justifier leur dangereux comportement, qui consiste à créer tous les facteurs qui perturbent la quiétude des citoyens, en drainant chaque semaine des citoyens issus de différentes wilayas du pays vers la capitale, afin d’amplifier les flux humains, dans les places publiques, avec des slogans tendancieux qui n’ont rien d’innocent que ces parties revendiquent.

Leur véritable objectif est d’induire l’opinion publique nationale en erreur avec ces moyens trompeurs pour s’autoproclamer fallacieusement comme les porte-voix du peuple algérien. A cet effet, j’ai donné des instructions à la Gendarmerie Nationale pour faire face avec fermeté à ces agissements, à travers l’application rigoureuse des réglementations en vigueur, y compris, l’interpellation des véhicules et des autocars utilisés à ces fins, en les saisissant et en imposant des amendes à leurs propriétaires».