ALGÉRIE
08/08/2019 13h:05 CET | Actualisé 08/08/2019 14h:09 CET

Gaid Salah salue les "efforts du panel" de Karim Younes

Getty Editorial

A la veille du 25e vendredi de manifestation contre les symboles du pouvoir en place, le chef d’Etat-major, Gaid Salah, s’est de nouveau exprimé. En visite de travail, ce jeudi 08 août à Blida, 1e Région militaire, le général de corps d’armée a de nouveau fait part de l’attachement du Commandement à une “solution constitutionnelle”, appelant à la “tenue d’une élection présidentielle dans les meilleurs délais”.

Ahmed Gaid Salah a de nouveau fustigé “la bande”. Il a déclaré que des “groupuscules liés à la bande insistent à rejeter toutes les initiatives. Il a souligné “la nécessité d’installer en urgence une instance d’organisation et de surveillance des élections”. 

Il a de nouveau prôné le “dialogue sérieux”, “susceptible de fournir les solutions idoines et garantir les conditions adéquates pour l’organisation de l’élections présidentielle dans les plus brefs délais”. 

Dans son discours, il a de nouveau fait savoir que le Commandement “n’a aucune ambition politique que celle de servir la patrie et veiller à garantir sa sécurité et sa stabilité”. 

Il a déclaré que “notre pays aujourd’hui se trouve, et nous en remercions Allah, entre de bonnes mains, celles de cadres engagés qui veillent sur sa sécurité, dont l’unique préoccupation est de veiller sur la fierté et la gloire de la patrie, et ils ont tous le mérite pour cela, car l’Algérie forte, stable et sécurisée dérange certaines parties qui ne veulent pas du bien pour notre pays, ce qui en fait la proie des avides et des aventuriers qui tentent vainement d’entraver son parcours de développement”, a-t-il fustigé.

Gaid Salah “valorise les efforts” du panel de Karim Younes

“Nous, en tant que Haut Commandement, avons en notre possession des informations confirmées sur ces plans hostiles, lesquels nous avons mis en garde auparavant contre leurs dangers et menaces, qui mettent à profit la situation actuelle que traverse notre pays pour tenter d’imposer leurs agendas et impacter sur le cours des évènements”, a-t-il déclaré.

Il a justifié la position du Commandement, son attachement au cadre constitutionnel par ces avertissements. “C’est pour cela que nous insistons à chaque fois sur la nécessité de rester attachés au cadre constitutionnel pour résoudre les problématiques de la phase actuelle, considérant que c’est la garantie fondamentale, voire l’unique garantie pour préserver l’Etat et ses institutions ainsi que pour éviter de tomber dans l’écueil du vide constitutionnel et de glisser dans des conséquences désastreuses”.

Il a ensuite prôné le dialogue, “qui constitue la meilleure issue pour converger les points de vue et mener le pays vers un havre de paix (...) Un dialogue constructif à même d’offrir les solutions appropriées et de créer les conditions idoines pour se diriger vers les présidentielles et les organiser le plutôt possible”.

Gaid Salah estime que ces présidentielles “passent impérativement par l’installation diligente de l’instance nationale indépendante pour la préparation, l’organisation et la surveillance des élections présidentielles comme extrême priorité dans le processus du dialogue national”.

Il a salué, dans ce sens, “les efforts de l’instance nationale de médiation et de dialogue dans sa noble mission et encourageons ses initiatives visant à accélérer la tenue des phases du dialogue et la prise de toutes les mesures menant à la concrétisation de l’objectif escompté”.

Le vice-ministre de la Défense a pointé du doigt “certains groupes infimes ayant un lien avec la bande, s’acharnent à rejeter toutes les initiatives présentées et tous les résultats obtenus, en scandant des slogans tendancieux et lançant des appels douteux, dont le but est de minimiser l’importance de ce qui a été réalisé et de s’accrocher à des revendications irraisonnables et obsolètes”.

Il a ainsi appelé les médias ”à ne pas succomber aux tromperies des ennemis de la nation, mais de contribuer de manière constructive, efficace et positive dans ce noble processus national décisif pour la vie de la nation et de ne pas céder aux desseins douteux”.

“L’Armée accompagne la justice” 

Le chef d’Etat-major a également évoqué la justice, “gérée par des hommes loyaux”. Après avoir rappelé “les engagements de l’Armée Nationale Populaire,  à l’accompagner, la soutenir et l’encourager ainsi qu’à lui fournir toutes les garanties et l’assister pour s’acquitter de ses missions dans les meilleures conditions, loin de toute forme de pression, et rouvrir tous les dossiers lourds, y compris ceux qui étaient délibérément jetés aux oubliettes au fond des tiroirs”, il a évoqué les dernières affaires de corruption, de dilapidations et de malversations liées ”à la bande”. 

Gaid Salah a également salué “certains professeurs en droit pour avoir éclairé l’opinion publique, et qui n’ont pas hésité à dire la vérité. En effet, après avoir pris connaissance des dossiers des individus arrêtés, ils ont confirmé que ce ne sont pas des prisonniers d’opinion, comme le clament certaines parties qui tentent d’exploiter ce dossier et que seule la justice est habilitée pour trancher sur ce sujet”.

Ce discours intervient quelques heures après la relaxe d’un détenu accusé “d’atteinte à l’unité nationale” pour port de drapeau amazigh par le tribunal de Annaba. D’autres cas ont été condamnés à des peines de prison avec sursis par le tribunal de Chlef tandis que des dizaines d’autres sont toujours en détention provisoire.