MAROC
07/01/2019 10h:00 CET | Actualisé 07/01/2019 10h:26 CET

Gabon: Une tentative de coup d'État en cours contre Ali Bongo?

Des militaires annoncent qu'ils vont mettre en place un "conseil national de la restauration".

AFP

GABON - Ce lundi 7 janvier, aux environs de 6h30, des militaires se sont emparés de la radio d’État gabonaise à Libreville, rapporte l’AFP. D’après des extraits qui circulent sur internet et dont RFI a partagé un extrait, ces militaires se disent membres du Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon. Dans le message audio, ils affirment être “soucieux de sauver la démocratie en péril, de préserver l’intégrité du territoire national et la cohésion nationale”.

Ils annoncent qu’ils vont, dans quelques heures, “mette en place un conseil national de la restauration après consultation de toutes les forces vives de la nation afin d’assurer la continuité de l’État et garantir au peuple gabonais une transition démocratique”. 

L’agence de presse Reuters a eu accès à une vidéo du discours. L’agence affirme que l’homme qui prend la parole se nomme Ondo Obiang. Il “est vu dans un studio de radio vêtu de treillis militaires et d’un béret vert alors qu’il lisait la déclaration, qui a été diffusée vers 4h30 du matin heure locale (5h30 GMT). Deux autres soldats équipés de gros fusils d’assaut se tiennent derrière lui”, rapporte Reuters. 

D’après l’agence de presse, qui cite une source proche du gouvernement, il y aurait eu “des coups de feu autour de la chaîne de télévision nationale”. 

Tentative déjouée?

Mais peu après la tentative, à 8h40 ce 7 janvier, l’ambassadeur du Gabon à Paris, joint par RFI, indiquait que l’assaut avait été donné à la maison de la radio et les mutins arrêtés.

Même son de cloche quelques minutes plus tard, à 8h45, alors que le ministre de la Communication, Guy-Bertrand Mapangou, porte-parole du gouvernement, déclare que les mutins ont été arrêtés par les unités du GIGN gabonais. “La situation est sous contrôle et l’ordre sera complètement rétabli dans deux ou trois heures”, a-t-il affirmé.

RFI précise par ailleurs qu’à 08h00, Internet et les réseaux sociaux étaient coupés, tandis que plusieurs quartiers de Libreville n’avaient plus d’électricité.

“Déçus” des voeux du 31 

Au début du message des militaires, ces derniers dénoncent les voeux du 31 décembre du président gabonais, assurant avoir assisté à un “spectacle désolant”, “de conservation acharnée du pouvoir”, souligne l’AFP.

Ali Bongo a tenu ses traditionnels voeux du nouvel an depuis le Maroc, où il est en convalescence depuis le mois de novembre. Son discours, qui a duré moins de 4 minutes, n’a pas convaincu les opposants qui ont dénoncé l’état de santé du président. C’était sa première prise de parole depuis son accident vasculaire cérébral à Ryad, le 24 octobre dernier. Depuis, le président gabonais était apparu sur une seule photo, en compagnie du roi Mohamed VI quand ce dernier lui avait rendu visite à l’hôpital militaire de Rabat. Sa capacité à assurer la présidence du pays était alors dénoncée vivement au Gabon.