MAROC
26/08/2019 10h:05 CET

G7: visite surprise du ministre iranien des Affaires étrangères à Biarritz

Mohammad Javad Zarif est arrivé à Biarritz à l'initiative de Jean-Yves Le Drian. Il en est reparti trois heures plus tard.

GEORGES GOBET via Getty Images

NUCLÉAIRE - Il s’est posé ce dimanche 25 août à 14 heures 13 sur l’aéroport de Biarritz, à quelques kilomètres du sommet du G7. À la grande surprise des observateurs et alors qu’aucune rencontre avec un officiel de la République islamique d’Iran n’était au programme du sommet international, les autorités iraniennes ont indiqué que leur ministre des Affaires étrangères venait d’atterrir dans le sud de la France. 

Et ce à l’invitation de son homologue français Jean-Yves Le Drian qui l’a invité à venir poursuivre les concertations à Biarritz, comme l’indiquent des tweets de l’agence officielle iranienne. Fars News Agency qui précise également que le responsable iranien ne négociera ni ne rencontrera la délégation américaine au cours de sa visite à Biarritz. 

“Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Moussavi, a déclaré venir poursuivre les consultations sur les récentes initiatives entre le Président de l’Iran et la France, à l’invitation du ministre des Affaires étrangères Français. Il est arrivé dans la ville du sommet des sept puissances. Aucune négociation n’interviendra entre la délégation iranienne et la délégation américaine”, est-il écrit. 

Autant d’informations confirmées par la présidence française quelques minutes après ces publications sur les réseaux sociaux. Trois heures de discussions plus tard, le responsable iranien s’en est allé.

Arrivée surprise en pleine crise

“Le chemin est difficile” mais cela “vaut la peine d’essayer”, a tweeté le chef de la diplomatie iranienne à l’issue de ses entretiens. Les discussions ont été “positives”, a déclaré la présidence française, précisant que le ministre, sous le coup de sanctions américaines, était venu à Biarritz “en accord” avec les Etats-Unis et qu’Emmanuel Macron en avait informé Donald Trump. Ce dernier, interrogé sur la venue de l’émissaire iranien, s’est contenté d’un “no comment”.

Un coup de théâtre d’autant plus retentissant que le dossier explosif du nucléaire iranien est un des principaux points du sommet du G7, qui réunit plusieurs des acteurs de cette crise: les pays européens et le Japon, signataires de l’accord de 2015 encadrant les activités nucléaires de Téhéran, et les Etats-Unis qui ont dénoncé cet accord et infligé des sanctions économiques à l’Iran, provoquant une escalade de la tension dans cette région particulièrement inflammable.

Les Iraniens ont cessé en juillet de respecter certains engagements de l’accord de Vienne encadrant leur programme nucléaire, en réaction à la sortie en mai 2018 des Etats-Unis du texte et à la réintroduction de lourdes sanctions américanes.

Flou au G7 sur la question iranienne

Le président américain Donald Trump et les dirigeants européens continuaient dimanche de diverger sur ce point. Et l’imbroglio autour de la venue du ministre iranien ne risque pas d’arranger les choses. Emmanuel Macron a eu beau confirmer que le milliardaire new-yorkais avait été prévenu, la Maison-Blanche indiquait le contraire quelques heures plus tard.

“Le président s’est entretenu deux heures avec Donald Trump à déjeuner samedi. Nous travaillons en pleine transparence avec les Etats-Unis. Et le président a eu des conversations avec tous les leaders du G7. Evidemment l’information circule”, expliquait la source. Washington affirme pourtant à l’agence Reuters que Donald Trump n’avait pas été prévenu de l’arrivée du responsable iranien en France. Angela Merkel, elle, a pris ces distances indiquant que c’était un événement parallèle au G7.

Un premier imbroglio avait émergé quelques heures plus tôt. Après en avoir discuté longuement samedi soir lors d’un dîner informel avec ses partenaires, le président français a cru pouvoir annoncer avoir obtenu l’accord de tous -donc Donald Trump compris- pour parler à l’Iran d’une même voix. “Nous nous sommes mis d’accord sur ce qu’on va dire sur l’Iran. Il y a un message du G7 sur nos objectifs, et le fait qu’on les partage évite les divisions”, avait assuré Emmanuel Macron sur la chaîne de télévision LCI/TF1. “Nous avons acté d’une communication commune et d’une décision d’action qui permet de réconcilier un peu les positions”, a-t-il ajouté.

Mais le président américain a quelques heures plus tard démenti que les pays du G7 se soient mis d’accord sur un message commun à transmettre à l’Iran.

“Je n’ai pas discuté de cela”, a-t-il dit en réponse à des journalistes. Peu après, le président français s’est adressé à la presse pour tenter à nouveau d’aplanir les dissensions avec les Etats-Unis.

Cet article a été initialement publié par Le HuffPost France.