TUNISIE
28/06/2019 10h:08 CET

G20 : Donald Trump utilise Hong Kong dans son duel avec Xi Jinping

En plein regain des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis, le cas de l'île pourrait servir les intérêts américains... et mettre de l'huile sur le feu.

Xinhua News Agency via Getty Images

INTERNATIONAL - C’est reparti pour un nouveau sommet crispé entre les puissants. Ces vendredi 28 et samedi 29 juin, les dirigeants des puissances mondiales se réunissent au Japon pour le G20 annuel. Au menu, du climat et du commerce essentiellement, mais peut-être aussi la crise à Hong Kong, sujet qui pourrait bien servir les intérêts de Donald Trump en plein regain de tensions commerciales avec la Chine.

Dès le début de la semaine, Pékin a prévenu: aucune discussion sur les manifestations géantes à Hong Kong contre le projet de loi d’extradition (finalement suspendu) ne sera tolérée. “Les affaires de Hong Kong relèvent strictement des affaires intérieures de la Chine et aucun pays étranger n’a de droit d’ingérence”, a martelé le secrétaire d’État chinois aux affaires étrangères. 

Mais les manifestants hongkongais ne l’entendent pas de cette oreille. Une campagne de crowdfunding a ainsi été lancée pour financer l’achat d’espaces publicitaires dans des journaux et demander à ce que la situation de Hong Kong soit mise à l’agenda du G20. Plus de 600.000 dollars ont été récoltés dans ce but, rapporte Reuters.

Étonnamment, les manifestants pourront compter sur Donald Trump pour amener le sujet sur la table. Car comme l’a fait savoir Mike Pompeo au plus fort des protestations, le président américain souhaite discuter de Hong Kong lors de son entretien bilatéral avec le président chinois ce samedi. Et ce n’est pas uniquement pour défendre les droits de l’homme des habitants de l’île face au régime chinois. 

 
Entre les États-Unis et Hong Kong, c’est une économie qui roule

Depuis 1997, Hong Kong fonctionne sur le principe “Un pays, deux systèmes”. Bien que rétrocédée par le Royaume-Uni à son voisin chinois, l’île jouit d’une grande autonomie -notamment monétaire avec une devise indexée sur le dollar américain et pas sur le yen- et avec une politique sociale libérale qui en a fait une véritable place forte financière pour les investisseurs du monde entier, au même titre que New York, Shanghai ou Londres.

D’un point de vue économique, les relations entre la petite île de 7 millions d’habitants et les grandes puissances occidentales sont donc plutôt bonnes. “Les États-Unis se réjouissent des liens économiques et sociaux considérables avec Hong Kong. Les entreprises américaines ont généralement un avis favorable sur l’environnement d’affaires de Hong Kong, y compris sur son système juridique et la libre circulation des informations, une fiscalité réduite et des infrastructures”, peut-on ainsi lire sur le site du gouvernement américain. Autant de points qui font défaut à la Chine, du point de vue de Donald Trump.

En chiffres, tout cela se traduit par un excédent commercial de 32 milliards de dollars pour les Américains en 2017, et plus de 1300 entreprises américaines sur place, soit 18,3% des sociétés de Hong Kong.

De quoi ravir l’actuel chef d’État américain, qui n’a pas raté l’occasion de s’immiscer dans la crise de Hong Kong , alors même qu’il raillait Obama en 2014 pour être intervenu pendant la révolution des Parapluies.

Hong Kong, moyen de pression de Trump sur la Chine

Par petites touches, Washington a apporté son soutien aux plus de 2 millions de manifestants, en arguant que le projet de loi d’extradition risquait de “saper” le statut d’autonomie de l’île. “Je comprends les raisons de ces manifestations. Mais je suis sûr qu’ils vont trouver une solution, j’espère qu’ils seront capables de trouver une solution avec la Chine”, a déclaré le président américain, avant que la cheffe de Hong Kong ne recule sur le projet de loi, avec l’aval forcé du gouvernement chinois.

Cette marche arrière est en effet un coup dur pour Pékin. “Xi Jinping tente de projeter l’image d’un supernationaliste”, rappelle le politologue Willy Lam, de l’Université chinoise de Hong Kong. Et l’affaire hongkongaise entame cette image: “le dirigeant de 1,4 milliard de Chinois est incapable de contrôler un territoire de 7 millions d’habitants”.

Or, Hong Kong est essentiel à la Chine et d’autant plus dans cette période de tensions commerciales extrêmes avec les États-Unis. Pourquoi? Parce que le port de Hong Kong voit transiter 6% des exportations américaines vers la Chine et 17% des produits chinois vers les États-Unis, selon les chiffres du gouvernement local. Et ces produits sont exemptés des fameux droits de douane au cœur de la crise sino-américaine. Le 13 mai, Donald Trump a fait passer de 10 à 25% les frais sur 200 milliards de dollars d’importations chinoises aux Etats-Unis, tandis que Pékin faisait de même sur 60 milliards de dollars d’importations américaines.

Au plus fort des manifestations, la Maison Blanche avait d’ailleurs menacé de supprimer ces avantages commerciaux si le projet de loi d’extradition était adopté, tandis que des élus démocrates et républicains ont proposé l’adoption d’un texte qui contraindrait le Sénat à “réévaluer certains aspects de la relation entre les États-Unis et Hong Kong”.

Plus largement, ce sont deux tiers des investissements étrangers vers la Chine qui transitent par l’île autonome comme le soulignent Les Échos. Ce qui justifie, pour les contestataires hongkongais, que les manifestations soient discutées au G20. “Nous devons conserver nos caractéristiques uniques pour servir l’économie internationale”, a ainsi expliqué un manifestant à l’AFP. 

Le G20, pris en “otage” par les tensions sino-américaines? 

“Hong Kong est important pour la communauté internationale... et il y a toujours des inquiétudes qui ont besoin d’être exprimées”, a confirmé sous couvert d’anonymat une source diplomatique occidentale à Reuters, indiquant que le sujet serait sans doute bien présent.

Pour une fois d’ailleurs, Donald Trump peut compter sur l’appui des Européens, qui ont aussi fait part de leurs inquiétudes sur le projet de loi hongkongais. Au grand agacement de Pékin, qui exprimé “son fort mécontentement et son opposition résolue aux propos irresponsables et inexacts de l’UE quant aux amendements préparés” à Hong Kong.

De façon indirecte, Hong Kong pourrait donc exacerber les tensions lors de l’entretien bilatéral entre Donald Trump et Xi Jinping ce samedi, mais aussi plus largement l’ensemble des discussions commerciales avec les autres puissances. Car, comme l’a indiqué l’entourage d’Emmanuel Macron avant le sommet, la guerre commerciale sino-américaine est “un problème pour tout le monde”.

“Les tensions que font peser sur le G20 les pressions américaines et chinoises sont très sérieuses. Il ne faut pas que le G20 devienne -et c’est une responsabilité européenne- un club d’affrontement bilatéral entre les États-Unis et la Chine, qui, d’une certaine façon, prendraient en otage un organe multilatéral qui se retrouverait bloqué”, a fait savoir l’Élysée en amont de la rencontre internationale.

Toutefois, rien n’indique que le sommet permettra d’apaiser la situation. Malgré un léger dégel entre les deux pays, après un échange téléphonique entre Xi et Trump puis entre leurs ministres, les possibilités de mettre un terme à la crise d’ici à la fin du sommet restent faibles, bien qu’une “trêve” temporaire puisse peut-être voir le jour.

Si les discussions venaient à échouer, Donald Trump s’est déjà dit prêt à surtaxer l’intégralité des importations chinoises. Pékin de son côté a annoncé la mise en place d’une future “liste noire” d’entreprises étrangères “non fiables”, où les groupes américains devraient logiquement figurer en bonne place.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.