ALGÉRIE
15/08/2014 09h:04 CET

Egypte: Accusations croisées entre les Frères Musulmans et le Pouvoir après la diffusion d'une vidéo d'un groupe armé

capture d'écran
Kataeb Helouan, capture d'écran

Une vidéo postée sur les réseaux sociaux montrant un groupe d’une dizaine d’hommes cagoulés et armés de kalachnikov se présentant comme les "brigades de Hélouan" et promettant de mener la guerre aux "forces du ministère de l’intérieur" suscite la controverse.

L’un des membres du groupe a indiqué que le "pacifisme " des Frères Musulmans n’était plus de mise. L’appel a été diffusé dans une journée à haute tension en Egypte à l’occasion du premier anniversaire du massacre de Rabaa.

"Nous en avons marre du pacifisme des Frères. Nous ne sommes pas membres des Frères. On a payé le prix par le sang, par l’exil, nos femmes se font violer…. Ceci est un avertissement aux forces de l’intérieur dans le sud du Caire. Ils sont ciblés car ils n’ont pas considéré que nous sommes leurs frères. Ils ont fait couler, ils ont violé les femmes. Ils sont des putschistes. L’armée actuelle est celle de Camp David, elle n’a pas tiré une seule balle contre les israéliens depuis 60 ans ".

Les Frères Musulmans qui malgré la répression maintiennent qu’ils mènent un combat pacifique ont immédiatement imputé la vidéo aux Moukhabarate (services égyptiens).

Une source responsable au sein de "l’Alliance" de défense de la légitimité de Mohamed Morsi a déclaré au journal Al-Masry Al Youm, affirme que les Kataeb Helouan étaient une fabrication de services de renseignement.

La vidéo diffusée est une "fabrication de services dont l’objectif est de créer un pseudo-ennemi pour faire peur au peuple et que le pouvoir actuel utilisera comme prétexte pour utiliser la violence contre le mouvement pacifique qui existe dans la rue ".

"La stratégie de l’Alliance est la résistance populaire et non le recours à la violence armées. Nous n’avons pas besoin de nous démarquer de cette vidéo qui ne nous représente en rien ".

Du coté des autorités, on évoque une "preuve " et un "aveu " de la part des Frères Musulmans. Un responsable au ministère de l’intérieur, le général Abdelfattah Othmane, a affirmé que la vidéo n’a pas été filmée en Egypte.

Les "Frères Musulmans en sont arrivés à cette méthode car ils ont échoué à mobiliser les gens " a-t-il ajouté.

Le général Ali Damardache, chef de la sureté du Caire a estimé qu’il s’agissait de premier aveu clair d’un recours aux armes.

"Ce groupe sera jugé sous l’accusation de trahison nationale et constitution d’une cellule terroriste de nature à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité du pays ".

Il a annoncé que les forces de sécurité allaient ratisser la région de Hélouan. " Ces menaces ne nous font pas peur. Face à toute action terroriste des Frères Musulmans ou autres, nous sommes prêts à donner nos vie pour le pays et pour la protection des citoyens égyptiens ".

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.