MAROC
07/11/2019 16h:31 CET

France: Une enquête révèle que 40% des musulmans ont subi des discriminations

Les femmes musulmanes en France sont les plus exposées au racisme et à l'islamophobie, selon cette enquête de l'IFOP.

NurPhoto via Getty Images
Des manifestants rassemblés devant le siège de la chaîne TV CNews à Boulogne-Billancourt, dans la banlieue de Paris, le 2 novembre 2019, contre le polémiste Eric Zemmour.

FRANCE - Une récente enquête réalisée par la Fondation Jean-Jaurès pour l’IFOP, et dévoilée par Le Parisien, témoigne d’un profond malaise des musulmans dans la société française. Les chiffres révèlent que 40% des sondés, majoritairement des femmes, ont déclaré avoir subi des comportements racistes en France, ces cinq dernières années.

L’islamophobie gagne du terrain en France. Que ce soit lors d’une recherche d’emploi ou de logement, ou lors de contacts et d’échanges avec des membres d’établissements scolaires ou administratifs, 40% des personnes de confession musulmane ont déjà fait l’objet d’une remarque raciste, notamment les femmes, qui sont, d’après le sondage, les plus exposées. Selon le détail des chiffres de l’enquête, un musulman sur quatre (24%) déclare avoir déjà essuyé, lors de ces cinq dernières années, des insultes ou injures liées à l’islam.

Réalisée quelques temps avant les récentes polémiques qui ont ébranlé l’actualité en France, autour de la question du port du voile pour les femmes notamment, l’enquête montre dans quelle mesure les discriminations subies par les musulmans de France ont un impact et des conséquences sur leur vie quotidienne. 

Insultes liées à l’islam

Ainsi, 1.007 personnes âgées de 15 ans et plus et représentatives de la population de religion musulmane, soit entre 5 et 6 millions de personnes en France selon les estimations, ont participé à ce sondage commandé fin août par la Fondation Jean-Jaurès, une agence gouvernementale de lutte contre le racisme et les discriminations et la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah).

La forme de discrimination la plus répandue est celle vécue lors de contrôle des forces de l’ordre: 28% en ont été victimes parmi les musulmans ayant déjà été contrôlés par des policiers ou des gendarmes au cours de leur vie. Les discriminations lors de la recherche d’un emploi (24%) ou d’un logement (22%) sont également conséquentes et s’expriment “dans les moments d’intégration les plus forts de la vie, comme la recherche d’un logement ou d’un emploi”, précise au Parisien Gilles Finchelstein, le directeur général de la Fondation Jean-Jaurès.

Ces vexations quotidiennes, racistes et discriminatoires, les musulmans en France les subissent plus de deux fois plus que le reste de la population, selon le sondage. Surtout, le détail de l’enquête qui inquiète les pouvoirs publics français est que le racisme anti-musulmans touche davantage des citoyens français que des étrangers, qu’il atteint les femmes davantage que les hommes, et qu’il s’exerce en priorité dans les villes moyennes et les territoires où la proportion d’immigrés est très modérée et inférieure à 8% de la population. De même, ils sont 7% à avoir été victimes d’une agression physique à cause de leur religion, contre 3% des non-musulmans.

Selon l’enquête, les femmes musulmanes portant un voile sont par ailleurs particulièrement touchées puisqu’elles sont 60% à avoir déjà été discriminées. Enfin, les comportements injurieux ne s’arrêtent ni au sexe ni à la classe sociale, puisque 63% de cadres interrogés affirment avoir déjà fait l’expérience de comportements racistes, contre 34% des ouvriers.

Ces chiffres, qui parlent d’eux-mêmes, illustrent le climat d’islamophobie actuel en France qui plonge certains musulmans dans la crainte. “Au regard de ces résultats, il apparaît que si les discriminations et agressions religieuses subies par les musulmans vivant en France restent au quotidien un phénomène minoritaire, leur ampleur est nettement plus grande que les comportements discriminatoires ou racistes subis par le reste de la population” souligne l’IFOP.  Par ailleurs, ce dimanche 10 novembre, un rassemblement contre l’islamophobie suite à l’appel de plusieurs collectifs et personnalités, aura lieu à Paris.