MAROC
19/12/2018 11h:09 CET

France: Une école musulmane considérée comme clandestine a été fermée à Marseille

La fermeture a été décidée après la découverte d’un “mensonge” sur la situation des enfants.

ERIC CABANIS via Getty Images
Des élèves dans une école privée musulmane à Toulouse, en France.

ÉDUCATION - Ce 18 décembre, le ministre français de l’Éducation nationale et de la jeunesse, Jean-Michel Blanquer, a annoncé la fermeture d’une école clandestine, qui avait ouvert à Marseille, dans le sud-est de la France. Le journal local La Provence précise qu’elle a été fermée le 12 décembre dernier.

“Nous avons fait voter une loi en juillet, qui nous donne les outils pour pouvoir fermer une école qui n’est pas dans les normes, et notamment celles qui sont reliées à l’islamisme fondamentaliste”, a confié le ministre sur RMC, avant de préciser que cette école est une école “clandestine, qui ne correspond pas aux règles qu’on s’est fixées”.

La fermeture a été décidée après la découverte d’un “mensonge” sur la situation des enfants. “Tous les matins, ils étaient accompagnés dans ce lieu qui ne ressemble pas à une école, qui est un groupe de salles”, a expliqué le ministre de l’Éducation nationale, dans des propos rapportés par Le Figaro. Une inspection des services d’hygiène peu de temps avant avait pointé du doigt des anomalies et manquement, notamment un frigo qui n’était pas assez froid.

“Ces enfants seront rescolarisés dans des écoles publiques, leurs familles seront reçues dès aujourd’hui. Nous ne voulons pas que des enfants se fassent endoctriner de cette façon-là”, a-t-il ajouté. 

Si plusieurs médias ont qualifié l’école de “salafiste”, le rectorat d’Aix-Marseille n’a pas encore confirmé les faits, assurant qu’une enquête a été ouverte pour déterminer le contenu des cours donnés dans cette école. Le journal local La Provence souligne que les établissements sont pour l’heure seulement qualifiés de “très communautarisés” par le Préfet de police et que “les enquêteurs travaillent également, de source proche de ces investigations, sur les profils radicalisés de plusieurs membres des familles de ces enfants”.

D’après la préfecture des Bouches-du-Rhône, cette école clandestine comptait 43 enfants au total. De son côté, le ministre de l’Éducation nationale a parlé d’“une vingtaine” d’enfants. La Provence précise pour sa part qu’il y avait “17 enfants de 2 à 3 ans, et une école, située à quelques encablures, recevant elle 43 enfants âgés de plus ou moins 6 ans”.