MAROC
23/04/2019 11h:53 CET | Actualisé 23/04/2019 11h:54 CET

France: Pic de pollution de particules fines à cause du sable du Sahara

Un phénomène qui n'est pas rare mais impressionne toujours.

NicTopt/Twitter
Le même phénomène s'est produit en 2017, donnant un air post apocalyptique au ciel de Bretagne. 

NATURE - Le phénomène n’est pas rare mais impressionne toujours. Deux départements du nord-ouest de la France sont en alerte rouge pour pollution aux particules fines à cause du sable venu... du Sahara. 

La Bretagne est touchée par cet épisode naturel depuis le début du week-end. Les département des Côtes-d’Armor et du Finistère ont été placés en alerte rouge pour pollution aux particules fines, indique La Dépêche du Midi. Cette pollution est principalement due au “trafic automobile et l’épandage agricole”, ajoute le journal.

Mais le Sahara joue aussi son rôle sur ce phénomène. Ce 22 avril, le compte officiel “l’État en Bretagne”‏ a indiqué sur Twitter que les concentrations en particules fines augmenteraient aujourd’hui “du fait d’un épisode de poussière désertique attendu, notamment sur la côte nord”.

En octobre 2017, le sable avait changé la couleur du ciel de Bretagne, lui donnant un air post apocalyptique. L’ouragan Ophelia, qui remontait vers le nord-ouest de l’Europe par l’Atlantique, avait emporté avec lui les grains de sable du Sahara. Cette fois, pas de ciel jaune. Mais l’épisode est “un peu plus intense que d’habitude”, a souligné François Dulac, chercheur au laboratoire des sciences du climat et de l’environnement sur franceinfo

“C’est un phénomène bien connu lorsque la saison chaude recommence, car on a des phénomènes qui se créent sur l’Afrique avec le réchauffement des sols”, explique-t-il. Ils entraînent des dépressions et des vents forts qui “mettent des grains de sable en suspension, comme sur la plage. Ils vont percuter les sols, pulvériser les argiles, qui sont des particules.

Cette pulvérisation par le sable en suspension va mettre des grandes quantités en suspension dans le sol, quelques centaines de milliers de tonnes”, ajoute le chercheur. Les vents forts les emportent alors de l’autre côté de la Méditerranée. Et parfois même jusqu’aux États-Unis. En juillet 2016, un satellite de la NASA avait capturé en photo le phénomène depuis l’espace. 

Pas d’inquiétudes à avoir, en revanche “car ce sont des composés naturels que l’on trouve dans les sols”, précise François Dulac. Les particules fines composées du sable du Sahara apportent même des éléments nutritifs au plancton, que l’on trouve en Méditerranée.