MAROC
13/07/2019 14h:57 CET

France: Le fils de Latifa Ibn Ziaten a inventé son agression par des islamistes

Pas d'hommes avec des "barbes islamistes" ni de femme portant "un niqab" n'étaient présents lors de son agression.

DR

JUSTICE - Il aurait tout inventé pour couvrir une histoire de bagarre alcoolisée. Le fils de Latifa Ibn Ziaten et frère d’une des victimes de Mohamed Merah, Naoufal Ibn Ziaten est actuellement en garde à vue pour “dénonciation mensongère de crimes et délits”, selon Le Parisien. Un de ses amis, présents lors de son “agression” est également entendu par les enquêteurs. 

Aux environs de 23 heures, jeudi soir, Naoufal Ibn Ziaten et son ami et colocataire s’étaient rendus au CHU de Rouen, en France, et avaient expliqué avoir été agressés par trois hommes qui portaient “des barbes d’islamistes”. Une attaque qui intervient quelques semaines après des menaces de mort reçues par sa mère. “L’agression a été très violente, sauvage même. Les deux victimes ont été rouées de coups, on leur a cogné la tête contre un mur. Il y avait du sang dans la pièce”, racontait Me Méhana Mouhou, l’avocat de la famille, sur la base du récit raconté par le fils de Latifa Ibn Ziaten. 

Selon lui, Naoufal Ibn Ziaten et son ami avaient eu le sentiment que les agresseurs avaient “la volonté d’en finir”, rapporte Le Parisien. Le frère de la première victime de Mohamed Merah avait même affirmé que ses agresseurs ”étaient repartis dans une voiture avec à l’intérieur une femme portant un niqab”, avait expliqué l’avocat à France 3 Normandie.

Versions contradictoires

Une enquête avait été confiée au service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen après les déclarations du jeune homme, âgé de de 23 ans. Une source proche de l’enquête avait émis au Parisien ses doutes quant à la véracité des déclarations de Naoufal Ibn Ziaten, et évoqué “des contradictions sur les circonstances et les motifs”. Le fils de celle qu’on surnomme “la Mère courage” et son ami ont alors été à nouveau entendus par les autorités et ont livré, lors de leurs auditions, des versions imprécises voire totalement contradictoires, souligne le quotidien français. 

Après quelques témoignages du voisinage recueillis par la police judiciaire de Rouen, les doutes s’amplifient et plusieurs témoins de la scène affirment n’avoir vu que deux personnes à proximité du lieu de la bagarre, deux hommes qui ont très vite pris la fuite, précise Le Parisien. Selon les sources proches du dossier interrogées, Naoufal Ibn Ziaten et son ami ont reconnu avoir inventé l’agression et s’être en réalité battus après une soirée alcoolisée. L’un des deux reprochait à l’autre d’être rentré trop tard et une violente altercation a éclaté. 

Contactée par le quotidien, Latifa Ibn Ziaten, actuellement à l’étranger, a affirmé ne pas être au courant de cette histoire.