LES BLOGS
18/10/2019 14h:43 CET | Actualisé 18/10/2019 14h:43 CET

France: L’humiliation est faite à la laïcité bien plus qu’à cette femme voilée

Les réseaux sociaux ainsi que plusieurs médias ont relayé l’histoire et ce que l’on a appelé “l’humiliation” faite à une femme qui porte un foulard...

SEBASTIEN BOZON via Getty Images

Un élu du parti d’extrême droite, le Rassemblement National, s’est fait connaître en postant une vidéo particulière. Les réseaux sociaux ainsi que plusieurs médias ont relayé l’histoire et ce que l’on a appelé “l’humiliation” faite à une femme qui porte un foulard, une mère qui accompagnait son fils lors d’une sortie scolaire. Si l’on prend du recul sur cette histoire, on peut se rendre compte, qu’en réalité, l’humiliation est faite envers la laïcité française par un élu de la république. Cette humiliation à la loi française est très grave puisque les élus de la république se doivent de connaître au moins un principe aussi basique que celui-ci.

Si la laïcité est sujette à interprétations, il n’empêche qu’un rappel sur ses idées principales seraient un service citoyen pour ceux qui mélangent tout et n’importe quoi. Principe constitutionnel depuis 1905, la loi française sépare le politique du religieux tout en garantissant la liberté de culte aux citoyens et citoyennes. Cette laïcité française permet donc à une femme qui souhaite porter un foulard de le faire et lui garantie cette liberté. La limite de cette liberté d’expression se trouvant surtout dans certaines fonctions reliées à l’Etat – et là encore, c’est une interprétation de la laïcité française- soit.

La demande de cet élu RN -qui a perturbé le déroulement du conseil régional- était que cette dame portant le foulard le retire. Cette demande n’était absolument pas en adéquation avec les valeurs françaises. C’est d’ailleurs pourquoi la présidente PS du conseil régional a répondu à la demande de l’élu RN, par le règlement et la loi française qui n’interdisent en rien une citoyenne à porter son foulard dans l’hémicycle. Le groupe d’élus RN ont donc quitté le conseil. Bon vent. Invitons-les à réviser les lois françaises et l’exemple qu’ils sont censés donner à la nation. Un exemple qui se rapproche plutôt d’unir les gens plutôt que de les diviser par la haine et l’ignorance.

Plusieurs personnalités et citoyens ont dénoncé les agissements de ces élus RN comme un “déferlement de la haine” qui est un comportement “indigne d’élus de la république”. C’est une bonne chose. Cependant, un historique médiatique et de terrain relié aux femmes françaises qui portent le foulard, prouve que cet incident s’inscrit dans la continuité de ce qui n’aide en rien à l’inclusion des minorités en France. Les dernières actualités reliées à l’islamisme non plus  et ce, de l’hydre islamique à la liste de radicalisation du ministre de l’intérieur.  

En effet, le lien entre le foulard et le terrorisme, le scandale du burkini en  France ou encore du “hijab” de running de décathlon, sans parler des agressions envers ces femmes musulmanes, prouvent à nouveau qu’en France, il y a une partie de la population et notamment au sein de ceux à qui l’on donne la parole, une haine envers un symbole religieux. Un symbole religieux qui est autorisé à être porté au nom de cette même laïcité, pourtant sacrée aux yeux de tous. Ce qui est grave dans cette affaire, c’est qu’un élu et ses collègues n’ont pas voulu respecter le règlement et la loi française. Que font-ils encore au pouvoir s’ils ne sont pas disposés à honoré les fonctions qui incombent aux élus?

Finalement, la personne qui aura bien plus honorée la république française, c’est cette mère qui accompagnait son fils pour cette sortie scolaire et qui est restée digne. Un suivi se fera pour elle et son enfant dont les larmes ont ému une grande partie des citoyens français et c’est ce qu’il faut faire. Peut-être que ce malheureux incident fera comprendre aux uns et aux autres, qu’au-delà des croyances et des apparences, il n’existe en réalité, que des individus qui souhaitent vivre sereinement au sein de leur pays et même : le servir.

Pour les moins tolérants, peut-être faudrait-il tout simplement accepté –comme l’indique la loi de 1905- que la présence de l’islam – qui est la seconde religion en France- doit être respectée, comme les autres religions et convictions. Il y a encore du boulot, je vous le concède.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.