TUNISIE
08/08/2019 20h:57 CET

France - "Je fonce et j'écrase toute cette merde": Un élu du Vaucluse dérape sur les prières de rue, SOS Racisme en appelle à la justice

Des propos racistes qui ont été signalés à la gendarmerie par un élu d'opposition.

ZAKARIA ABDELKAFI via Getty Images

POLITIQUE - S’il n’est officiellement plus adhérent du parti de Marine Le Pen, Christian Rippert est membre de la majorité Rassemblement national de la mairie du Pontet dans le Vaucluse, en France.

Un élu municipal qui n’hésite pas à se fendre de commentaires racistes sur Facebook, comme l’a rapporté France Bleu Vaucluse ce mercredi 7 août. Le 29 juillet, en commentant une publication portant sur les prières de fidèles musulmans dans la rue, l’élu d’extrême droite a écrit ceci: “Je fonce et j’écrase toute cette merde”.

Problème pour ce conseiller municipal, son commentaire -repéré par le compte “Dômes et Minarets”- n’est pas du tout passé inaperçu, et a ému de nombreux internautes et habitants du Pontet. Au point que, selon la radio, le téléphone de la mairie a été assailli d’appels. 

Le commentaire en question a par ailleurs été signalé à la gendarmerie par un élu membre de l’opposition. “Ces commentaires sont inadmissibles pour un élu de la République. Lorsqu’on a un mandat, on ne peut pas tenir de tels propos”, s’est ému le conseiller municipal Jean-Firmin Bardisa auprès de France Bleu Vaucluse. Ce dernier a également appelé à “la démission de Christian Rippert”. 

“Appel à la haine raciale”

Même son de cloche du côté de l’antenne vauclusienne de SOS Racisme. “Que chacun prenne ses responsabilités: cet élu doit démissionner pour une question de probité. La justice, elle, doit sanctionner cet appel à la haine raciale, et je lui fais confiance en tant que républicain et laïc”, a indiqué à la radio le président de SOS Racisme 84, Eric Moustaqil. 

Invité à s’expliquer sur le comportement d’un conseiller de sa majorité, le maire RN Joris Hébrard a indiqué qu’il ne cautionnait “en aucune manière” ce commentaire “stupide” qui n’engage “nullement la commune”. L’élu RN a également expliqué qu’il s’agissait de propos “tenus à partir de son compte Facebook personnel et dans le cadre de sa vie privée”.

Citant les instances locales du parti de Marine Le Pen, France Bleu précise que Christian Rippert n’a plus sa carte au parti depuis 2017. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.